AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 237
Points : 521
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Sam 20 Mai - 17:13
#JeSuisUnePrincesseDisney

Boo



Equipe : Laporeille, Pachirisu, Okéoké, Charmillon, Riolu  ♥ 

Un cri venait de percer en cette matinée ensoleillée le hall de la pension Crofton, motivée par une excitation plus que palpable et une joie sans précédente. Alors c'est dans un rire délicat que l’hôtesse à la blonde chevelure avait prié cette jeune femme au regard pétillant de patienter quelques instants là, sur des sièges colorés qui, si en temps normal aurait attisés quelques commentaires sur leur inconfort, semblait soudainement transformé en nid si douillet que Vanya aurait pu y camper des journées durant pour attendre cette visite. Vraiment. Alors, lorsque cette femme pourtant habituée aux grondements farouches du Maître coordinateur (oui oui, Vanya lui en avait fait bavé à défaut de pouvoir avoir accès à son bébé Rousillon) se vit remercier avec une sincérité plus que stupéfiante, elle ne pu que demeurer là, papillonnant des cils sous le coups de la surprise. Alors la coordinatrice avait filé à toute allure sous les regards des enfants venus chercher leurs premiers pokemons ou ceux d'éleveur qui ne lâchait plus la course de ce Maître habituellement si calme et délicate. Mais que voulez vous ? Son cœur était au bord de l'explosion tant il croulait sous le bonheur, et son sourire, lui... Et bien il n'avait jamais été aussi éclatant.
Et, alors que sa course se voyait ralentir sous le coup d'une endurance quasis inexistante, ses grands yeux bleu discernèrent au loin une forme qui la chargeait avec force.
Oreille dressée, la queue battante et l'allure inépuisable, sa musculature roulait sous son poil jais et feu laissant ainsi présager une grande puissance mais également une forme olympique fraîchement retrouvée. A croire que lui aussi avait soudainement retrouvé sa vitalité.

Alors la jeune femme prit pour toute arme une inspiration de bonheur et s'accroupit pour accueillir cette course folle, prête à la réceptionner mais... Welp, il allait beaucoup trop vite là ! L'adrénaline du démolosse et le poids plume de la coordinatrice entraînèrent donc les deux protagoniste un peu plus loin avant de s'échouer maladroitement au creux des hautes herbes dans un rire cristallin et des coups de langue surexcité. Alors, et enfin, Vanya sembla vivre de nouveau.
Son regard s'ancra donc sur cette peluche qui glissait à présent son museau au creux de ses bras et, c'est presque avec précipitation, comme de peur qu'on lui arrache cet instant, que Vanya referma un peu plus son étreinte autour de ce partenaire qui lui avait tant manqué. Elle vint donc clore ses yeux l'espace d'un instant et enfuit son nez au creux de cette gorge brûlante pour lui glisser quelques mots dont lui seul semblait en capacité à saisir le sens, et, tout doucement, ce colosse de feu et ténèbres finit par glisser au cœur des d'une quiétude plus qu'étonnante. Ils demeurèrent donc là un long moment avant qu'un petit Evoli n'approche poussé par la curiosité et ne vienne humer la chevelure ardente de cette demoiselle endormi. Alors, entrouvrant doucement les yeux Vanya observa ce bébé pokemon prendre confiance et apposer ses pattes sur son bras comme pour examiner avec un peu plus d'entrain cette bien étrange créature qu'il ne connaissait pas. Cependant la jeune femme qui l'observait du coin de l'oeil esquissa un mouvement qui sembla alerter le bébé pokemon et le condamner à une fuite jusqu'au bosquet le plus proche. Arf.
La jeune femme se redressa donc à demi et finit par se perdre en caresse sur le canidé qui n'avait clairement pas l'air de vouloir se réveiller, alors elle ouvrit doucement son sac à dos, en sortit quelques boîtes hermétiques, des couvert et finit observa du coin de l'oeil le petit Evoli qui approchait de nouveau. Et, c'est dans un tendre sourire qu'elle finit par lui tendre une petite baie pour l'inviter à les rejoindre. Arceus, que les Evoli étaient des créatures adorables et fascinantes...
Elle l'aurait presque dérobé et caché sous son t-shirt jusqu'à la sortie de la pension, c'était pour dire !

Et, alors que la petite créature approchait pour se saisir de la baie, un Rocabot émergea des hautes herbes accompagné d'un tout petit Bulbizarre. Oh ? Et … Un Nirondelle ! Et … Trop de petits pokemons adorables ! Hiiii ! On se croirait presque dans un dessin animé. Alors, le cœur gonflé d'espoir et de vie la jeune femme invita la petite troupe à se rapprocher, accordant quelques poffins à ces nouveaux invités avant de faire apparaître ses propres pokemons et ce, sous l'oeil clairement stupéfait d'un Rousillon peu habitué à autant de monde.
Charmillon vint donc retrouvé son comparasse et se poser sur son dos avec un certain entrain malgré les habituelles rivalités qui les opposaient généralement et, bien vite, Saphir chargea le colosse infernal pour semblait-il le défier de toute ses forces. Le démolosse la repoussa donc délicatement du bout du museau habitué à son boulet de dresseuse qui, depuis son plus jeune âge tentait de lui grimper sur le dos ou de faire de lui son ponyta. Cependant Saphir reprenait ses charges encore plus déterminée et c'est bien assez vite que le canidé se prêta au jeu, se laissant même retomber sur le côté pour simuler une défaite. Vanya ne put alors contenir ce rire qui la tirailler et finit par apposer un doux baiser sur le crâne de son partenaire de toujours avant de ramener à elle son bébé pokemon dont le sourire éternel semblait enchanter toute la compagnie. Alors, c'est tout doucement que Concorde le Laporeille sembla se décider à approcher cet immense démolosse tandis que Forban et Juby jouaient un peu plus loin avec des pokemons plus expérimenté.

Et, alors que tout ce beau monde jouait et faisait connaissance dans la plus grande des harmonies (c'est le moment de vomir des paillettes et arc-en-ciel), une silhouette attisa le regard de la rousse. Alors son coeur se gonfla une nouvelle fois de gaieté et son regard vit quelques étoiles s'inscrire au plus profond de ses iris abyssales. Heureuse ? Oh que oui. Elle se redressa donc, délaissa cette compagnie jubilant autour d'elle pour approcher de quelques pas et finir par engager une course folle en direction du nouveau venu, et brusquement, ce qui devait s'annoncer comme un "Comment allez vous ?" se transforma en un saut à son cou et un "Merci !" qui trahissait toute sa gratitude. Parce qu'on était d'accord, si elle pouvait récupérer Rousillon sous peu c'était grâce à lui hein ? Et surement pas grâce à un certain ranger ! Non ?
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Boo
avatar
Messages : 37
Points : 220
Date d'inscription : 19/11/2016
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Jeu 25 Mai - 18:13
Ca manque de chansons quand même...

Le combat avait été plus laborieux qu'autre chose. Il n'avait pas été si compliqué de faire revoir leur position aux maîtres du Conseil quant au cas Nawra, mais annuler les procédures de confinements et permettre à la maîtresse coordinatrice et à son pokemon de se retrouver fut une toute autre histoire. Si Magnus avait dut finir par se plier à la majorité et au poids des arguments présentés contre lui, il n'avait pas facilité les démarches administratives, et ce qui n'aurait dut être qu'une question d'heures devint l'affaire de quelques journées bien trop longues.
Entre les réunions de l'Ordre et ses devoirs communs, Amos n'avaient finalement eut que peu de temps à consacrer réellement à Vanya qu'il avait pourtant entrevue comme un espoir pour le futur. Heureusement, le soutient des rangers et surtout, celui des éleveurs de la pension qui avaient certifié que le pokemon n'était pas un danger en soi – et surtout que le maintenir plus longtemps éloigné de sa dresseuse reviendrait à le condamner – lui avait permis d'accélérer les choses. Finalement, même Meora avait finit par intervenir et l'incident du bal du printemps ne fut qualifié que de simple accident pour le reste de la populace. On n'y croyait pas forcément, mais avoir Vanya comme acteur principal de l'acte avait grandement attiré la sympathie vers elle, d'autant plus que les témoignages sur le Démolosse au bord de la dépression avaient attiré les plaintes des défenseurs des droits des pokemons. « Comment peut-on laisse une telle créature dépérir et ne rien faire pour adoucir ses tourments ?! » s'était-on insurgé.
Ce souvenir précis arracha un sourire à la silhouette se mouvant avec discrétion dans les couloirs de la pension. En réalité, lui même n'étais pas étranger à tout ça, et il en avait profité pour en rajouter, expliquer ce qu'il s'était passé et que les autorités compétentes n'avaient pas été suffisemment présentes pour gérer le conflit, à tel point que ce furent la maîtresse coordinatrice et le champion dracologue qui avaient dut mettre un terme au chaos de la fête... Ah ça.. Crawford en avait pris pour son grade, mais son regard n'avait jamais baissé et il avait pris tout le blâme sans ciller. C'était ça ou rejeter la faute sur Vanya, et Amos savait parfaitement que le maître ranger, tout ancien pirate qu'il fût, n'avait jamais fuit devant ses responsabilités, c'était même la première chose qu'il avait dite pour empêcher la séparation entre Vanya et son pokemon. Ca.. Il pouvait remercier le ranger qui avait lui même dépêché ses hommes à témoigner en faveur de la maîtresse. « Les rangers ne peuvent décliner leurs responsabilités » avait-il clamé à l'occasion d'une conférence – qu-il évitait pourtant soigneusement en temps normal – « Nos hommes ont été dépassé par les événements, et il a fallut l'intervention de parties tierces non compétentes pour calmer l'incident. ». Aucun nom n'avait été donné, mais tout le monde avait alors eut en tête les accidents, l'évanouissement, l'incendie et le saut de l'ange. Et Amos ne pouvait que compatir à la colère qui semblait danser derrière le regard du ranger. Ce dernier était partit, s'il avait été là, rien de toute cela ne se serait passé... Crofton lui même n'était pas intervenu, trop soucieux de se préoccuper d'autres problèmes... Ironique, mais lui même ne pouvait juger... Il était partit de la fête à son tour, laissant le chaos se répandre se répandre sans vergogne... Jirachi, qu'il s'en voulait lui même ! Le problème qui l'avait arraché à Vanya à cet instant n'était qu'un contretemps mineur, il aurait dut rester... Il aurait dut savoir que ça se produirait, les étoiles, l'archipel même le lui avaient dit.
Ainsi donc, ressassant ces sombres pensées, il se morigénait intérieurement tout en se rappelant que peut être, tout ceci n'était que les affres du Destin... Une explication facile, mais tout à fait utile dans ce genre de cas. L'homme de foi qu'il était ne pouvait se permettre de douter, n'est ce pas ?
Et puis, alors qu'il approchait de la plaine qui servait désormais d'immense jardin pour la pension Crofton, il tâcha de présenter une expression plus neutre, si ce n'était plus bienveillante. Vanya avait dut être prévenue à l'heure qu'il était, aujourd'hui, elle pourrait enfin retrouver son Démolosse... Il tenait à être présent lors de ces retrouvailles, d'autant plus que l'idée de rallier Vanya aux Etoiles de Jirachi n'avait pas quitté son esprit. Il devait donc s'entretenir avec elle. Ceci dit, alors que les rayons du soleil l'accueillaient, et que son regard de glace balaya la place pour se poser sur un bien réjouissant spectacle, il ne put s'empêcher de tiquer. Que lui avait-elle dit lors de leur séparation ? Elle lui avait avoué que son véritable prénom n'était pas celui que tous connaissaient mais celui de Goélise. S'il aurait put rester sceptique quant à l'origine cocasse du nom, il se focalisa surtout sur la preuve de confiance qu'elle lui avait accordé. Ainsi, un sourire fendit son visage, autant parce qu'il appréciait les retrouvailles et le touchant spectacle qui s'offrait à lui, mais également parce que la jeune femme – Goélise – venait certainement de lui offrir une autre alternative. Enfin... Le début seulement, mais c'était déjà quelque chose.

Ainsi donc, Amos, les bras croisés dans le dos, le regard bienveillant, attendit patiemment qu'on le remarque, et lorsque ceci fut chose faite, s'apprêta à saluer sobrement sa vis-à-vis. Sobrement ? C'est là que tu te trompes Destinée ! Ce qu'avait amorcé Vanya ne fut pas une marche tranquille mais bel et bien une petite course qui vint se conclure autour de son cou. Déstabilisé, l'homme recula de quelques pas avant de se raidir. Le moins qu'on puisse dire c'était... Qu'il ne s'y attendait pas ? Mais vraiment pas du tout. Il avait beau être un homme relativement tactile, il n'avait pas bu une goutte de punch aujourd'hui, et le contact le déstabilisa autant que la charge. Ceci dit, le choc et la surprise passés, il finit par afficher un nouveau sourire et passa ses mains dans le dos de Vanya – Goélise – devait-il vraiment l'appeler ainsi ?

"Merci !"

Il tapota doucement le dos de la jeune femme dans un geste de réconfort vain – il était évident qu'à ce moment précis, elle était loin de nécessiter un quelconque réconfort.

-Je vous en pris, il n'y a pas de quoi...

Qu'il lui glissa doucement à l'oreille.

-C'est bien normal... D'autant plus que je ne suis pas le seul à remercier pour vos retrouvailles.

Il la repoussa gentiment pour récupérer un semblant de contenance mais finit par récupérer ses mains dans les siennes – on ne tue pas les vieilles habitudes, d'autant qu'il l'avait déjà fait auparavant –.

-Je suis ravi de vous revoir en une si belle journée Melle Nawra...

Il prit une pause, hésita un instant, puis...

-Goélise...?

Qu'il lui demanda, comme pour s'assurer que depuis le bal et tout ce qu'il s'était passé, il avait toujours sa permission de l'appeler ainsi.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 237
Points : 521
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Jeu 25 Mai - 20:22
Vanya chantera un

truc à Amos

Un jour è.é



Equipe : Laporeille, Pachirisu, Okéoké, Charmillon, Riolu  ♥ 

Un sourire irradiant la pension tant sa sincérité était criante, des étoiles blottis au plus profond de ses prunelles et le cœur battant à tout rompre, motivé par un bonheur trop grand pour une si petite demoiselle, Vanya vint cependant à regretter ce bond trop sauvage, ce manque de contrôle là où une simple salutation aurait été de mise, et surtout, cette attitude d'enfant au regard d'un homme qu'elle admirait et qui... Se raidissait. Qu'elle idiote ! Mais à quoi s'attendait-elle aussi ? De grandes embrassades, des exclamations et des cris de joies ? Sérieusement ? La jeune femme qui s'était alors dressé sur la pointe des pieds finit par retrouver le sol et relâcher sa prise autour de cet homme, cependant, et comme devinant les pensées de la demoiselle une main passa sur son dos et lui arrachèrent un immense sourire. Ca voulait dire qu'il ne lui tenait pas rigueur pour cet élan d'enthousiasme incontrôlé ? Quoi qu'il en soit le Maître devait retrouver son habituelle prestance, aussi elle s'apprêta à reculer lorsque les propos de l'homme de foi la saisirent brusquement.

Bien évidemment la jeune femme ignorait aucunement tout les débats qui avaient fusé autour de son cas et, si elle ne s'était pas gêné pour remercier ouvertement tout les défenseur de son petit Rousillon -et user de la subtilité du langage pour se positionner en victime sans pourtant perdre de son faste-, elle avait balayé d'un regard acéré les propos du conseil comme pour les condamner à leur premier jugement et ce que son orgueil offensé clamait encore et toujours tenir de la haute trahison. Aussi elle s'était entouré de Lysandre pour parfaire son image quant à cette situation de crise bien que les débuts avaient étés catastrophiques, avouons le. Sa crise devant Erle lorsque celui-ci lui avait arraché Rousillon, ses nerfs lâchés contre Judas, ses errances au seins de Bourg-Cadran une cigarette aux lèvres et les larmes au bord du regard, son refus de vouloir participer à la moindre conférences, concours ou encore son hostilité envers le Conseil et ce pour un oui ou un non... Et, lorsqu'elle repensa à la manière dont elle avait remercier le Maître Ranger pour cette conférence visant à la défendre, elle ne put que regretter son comportement. Débarquer dans son bureau en lui aboyant que certains rangers avaient des pokemons inadaptés, trop puissants, au vu de leur palier et que personne ne faisait rien pour les leurs arracher n'avait clairement pas semblé être un remerciement adapté... Et aussi violent avait été le regard de cette Grahyèna sur le point de mordre, aussi féroces avaient été ses propos destinés plus à défouler sa haine que paraître constructif, Crowford n'avait cillé. Elle avait donc finit par rentrer les crocs et lâcher ce regard incisif pour fuir au plus loin de Bourg-Cadran sous peine de faire des bêtises. Car oui, jamais elle n'avait été sur le point de faire preuve d'autant de violence...
Peut-être devrait-elle s'excuser ?

… Bon, il était clair qu'elle ne courberait ni l'échine, ni filerait la queue entre les pattes, et qu'il était hors de question de verbaliser sa gratitude. Après tout c'était eux qui étaient en tord et qui devait racheter la confiance de cette si sauvage et si désespérante créature, mais cette dernière songeait très clairement au meilleur moyen de faire pardonner son hostilité à l'égard du conseil. Parce que bon, si elle ne l'avouerait jamais elle avait très clairement abusé. Elle avait était incisive avec Erle, fait culpabiliser au mieux Oreste, avait clairement cherché à faire payer Néro mais... Celui-ci demeurait absent, le fourbe. Et pour Magnus... Oh que non. Elle ne regrettait aucunement ses propos mais était clairement déçu de ne pas avoir trouvé la faille lui permettant de débloquer ses élans violent pour la faire passer elle, pour la pauvre princesse haïs de tous, et ce aux yeux des civils. Parce que oui, si elle avait été des plus odieuses avec certain Maître, lorsqu'elle ne déprimait pas dans son placard (si si, elle s'enfermait dans un placard pour pleurer au conseil), elle avait joué avec brio sa carte Opinion Publique et ne s'était jamais sentit aussi précieuse qu'à ce moment là.
Enfin. Peut être qu'un chocolat chaud servit sur le bureau de chacun, un petit mot entouré de Lovdisc et accompagné de douceurs et sucreries laisserait sous-entendre que les hostilités étaient closes ? Et...

-Goélise ?

Le regard de la jeune femme fut brusquement happé par celui de son interlocuteur avant de s'échouer sur cette main qui tenait la sienne. Alors et comme pour balayer le torrent de pensée qui l'avait arrachée à l'instant présent, ses cils papillonnèrent un instant avant de se perdre dans un sourire des plus doux. Alors elle serra d'avantage cette main et l'attira à elle et ce pic-nique improvisé qui s'établissait non loin de là, auréolée d'une joie de vivre qu'on ne lui connaissait pas. Elle repoussa donc tout doucement les bébés pokemons qui l'entourait pour atteindre son sac et en tirer une couverture qu'elle apposa sur le sol comme pour inviter le tatoué à s'asseoir.

-Un bonheur partagé mon cher, soyez en assuré. Puis-je vous inviter à déjeuner à nos côtés ? Du moins si le temps vous le permet, je suppose qu'il se fait rare au vu de tout les événements qui secoue notre archipel...

Elle marqua une pause et finit par apposer son regard sur le démolosse étendu à ses côtés, communiquant ouvertement avec l'équipe comme pour se tenir au courant des dernières nouvelles. Et, lorsque celui-ci finit par affronter le regard de sa coordinatrice et apposer son museau tout contre ce bandage qui recouvrait son avant-bras, la jeune femme vit son regard s'estomper au profit d'une mine bien plus désolée. Elle délaissa donc son sac à dos et les mets qu'elle s'apprêtait à sortir pour se pencher sur son partenaire et lui offrir un délicat baisé, là, sur le crâne.

-Je sais, mais tout vas bien maintenant. Et puis tu es mal placé pour juger monsieur je ne mange plus. Murmura t'elle avant de se tourner de nouveau en direction de l'homme de foi, prendre une inspiration comme prête à engager le dialogue et... Demeurer là, les lèvres entrouverte, un sentiment de bêtise plus que viscérale au bout des neurones. Je... La chose est terriblement gênante mais... Je ne pense pas que vous m'ayez été présenté.

Un rire quelque peu nerveux l'agita donc et c'est presque honteuse qu'elle finit par disposer sur le drap qui lui faisait face quelque plats. Elle fit émerger de son sac de quoi nourrir ses pokemons mais également ceux qui s'étaient joint à eux avant de lancer un regard à Rousillon était clairement en train de réprimander Charmillon. Après tout n'était-il pas sensé veillé sur la demoiselle lorsqu'il était absent ?

-Si tu ne veux pas manger tes steaks Judas le fera, tu le sais ça ?

Véritable formule magique, le démolosse délaissa ses remontrance au profit de l'appel d'un appétit soudainement retrouvé. Surtout à la vue de cette pièce énorme que lui servait cette demoiselle au sourire amusé. Et, alors que tous semblait trouver leur bonheur de leur côté, Vanya finit par se tourner en direction de cet homme au regard si captivant et délicatement se saisir de cette main qu'elle avait délaissé pour la serrer tout doucement, comme emprise au doute. Devait-elle lui parler des événements survenu après la disparition de Rousillon ? Ceux qui avait concerné Judas ou... Non. Non et trois fois non. Autant ne pas gâcher une si belle journée.
Code by AMIANTE
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Boo
avatar
Messages : 37
Points : 220
Date d'inscription : 19/11/2016
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Ven 9 Juin - 1:47
Ca manque de chansons quand même...

S'il eut un court instant l'impression qu'il n'aurait pas dut ouvrir la bouche, celle-ci s'envola bien vite suite à la réaction de la jeune fille. S'ensuivit donc un jeu de regard jusqu'à ce que la pression sur sa main se raffermisse et qu'il se fasse tirer avec délicatesse vers la joyeuse réunion des pokemons de la coordinatrice. Là, elle leur fit une place et déplia un drap qu'elle disposa au sol avant de l'inviter à s'asseoir, chose qu'il fit en imitant  la maîtresse coordinatrice. Ils se retrouvèrent donc l'un face à l'autre, entourés de pokemons et de verdures... Un caldre bucolique qui le calma et apaisa ses doutes formulés un peu plus tôt.

-Un bonheur partagé mon cher, soyez en assuré. Puis-je vous inviter à déjeuner à nos côtés ? Du moins si le temps vous le permet, je suppose qu'il se fait rare au vu de tout les événements qui secoue notre archipel...

Déjà agenouillé sur la couverture, Amos entreprit d'opter pour une position plus confortable et termina en tailleur. Comme pour répondre à l'interrogation de sa vis-à-vis, il sourit et secoua la tête.

-Ne vous inquiétez pas pour ça, qu'il souffla. J'aurai le temps nécessaire.

Comme pour indiquer que, peu importait qu'il ait le temps et le loisir de rester ici, il le prendrait de toutes les manières. Vanya – Goélise – était bien trop fascinante pour la négliger. Elle représentait comme un espoir neuf pour l'archipel... Aucun doute, Meora savait s'entourer, il ne pouvait pas le nier. Et puis il eut le droit d'observer un jeu de regards entre la coordinatrice et son compagnon de toujours avant que celui-ci ne finisse sur l'avant bras de celle-ci... Et le regard glacial de l'homme de foi s'assombrit soudainement. Peut être interprété t-il mal... Mais il interprétait tout de même et c'est en gardant le silence qu'il prit le temps de chercher la meilleure manière d'aborder le sujet pendant que la jeune femme s'entretenait avec son partenaire. Jusqu'à ce qu'on le rappelle à l'ordre à son tour.

-Je... La chose est terriblement gênante mais... Je ne pense pas que vous m'ayez été présenté.

Alors qu'un petit Natu pointait le bout de son bec et commençait à retenir l'attention du tatoué, celui-ci se raidit et lança un regard confus vers Vanya. « Ah bon ? » semblait-il lui demander intérieurement.. Heureusement, il se reprit bien pendant qu'elle dressait sur la nappe improvisée quelques plats et douceurs pour ses compagnons et les nouveaux venus. Il la regarda faire, soucieux de se présenter en bonne et dû forme... Peut on vraiment faire ça assis en tailleur par terre au milieu d'un pic nique surprise ? Peu importait, il allait le faire.
Alors, c'est une main sur la poitrine au niveau du cœur – et après une pique de Vanya à son Démolosse qu'il ne comprit pas forcément – qu'il entreprit de se présenter.

-Je suis navré, j'avoue ne pas avoir l'habitude de rencontres formelles ou... Communes – rire gêné, que racontait-il déjà ? - Veuillez excuser mon impolitesse, je me nomme Amos Levi, représentant des Etoiles de Jirachi, ravi de vous... Rencontrer ?

Qu'il conclut plus sur le ton de la confusion qu'autre chose. Ils s'étaient déjà rencontrés, il n'avait pas besoin de le dire, n'est ce pas ? … Trop tard, il l'avait déjà dit. Alors il rangea son air surpris et afficha un sourire plus tranquille et posé. Il n'était pas en territoire hostile n'est ce pas ? Il pouvait se détendre... Et... Ah oui. Prenant un air plus sérieux, il attrapa alors avec une grande délicatesse la main de Vanya, celle qui avait été bandée, et l'attira à lui doucement. Il agissait avec prudence, autant pour ne pas attirer la méfiance du Démolosse que pour ne pas effrayer la jeune femme. Alors, se concentrant un maximum pour ne pas fixer les pansements – mais ayant tout de même fait comprendre par un court regard qu'il parlait de ça – il prit la parole.

-Je suis vraiment désolé des désagréments que cette séparation a put vous causer... A tous les deux – qu'il expliqua en lançant un regard au pokemon massif à leurs côtés – mais je veux que vous sachiez à l'avenir que si un jour vous vous sentez seule, ou désorientée, et que vous avez l'impression que les ténèbres ne sont pas loin de vous engloutir... S'il vous plait, sachez que vous n'êtes pas seule, et que vous pouvez faire appel à mon soutient quand bon vous semble !

Ce fut avec ferveur qu'il clama ces mots, avec un regard plongé dans celui de la maîtresse coordinatrice. C'est toute sa sincérité qu'il lui proclamait avec cette simple phrase. Et puis ses yeux semblèrent s'illuminer et il lâcha la main de Vanya pour farfouiller un instant dans l'une de ses poches. Quelques secondes plus tard, il en sortit un pokématos, un modèle qui datait déjà de quelques années mais qui fonctionnait toujours – l'équivalent du Nokia quoi –.

-J'avoue ne pas être trop familier avec les technologies de nos jours, mais grâce à ça, vous pourrez me contacter à toute heure.

Il tapota un instant le clavier de l'appareil avant de voir s'afficher un numéro. Il le tendit ensuite vers la jeune femme pour la laisser noter les chiffres qui s'affichaient.

-N'hésitez pas, j'insiste.

Qu'il finit par conclure.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 237
Points : 521
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Ven 9 Juin - 4:37
#JeSuisUnePrincesseDisney

Boo



Equipe : Laporeille, Pachirisu, Okéoké, Charmillon, Roucool  ♥ 

Un sourire accordé à un Rousillon qui venait enfouir son museau tout contre le ventre de sa dresseuse, Vanya avait un instant délaissé le regard de son interlocuteur pour s'agripper à cette vision qui la gonflait d'un bonheur rarement éprouvé. Elle respirait enfin et son cœur gorgé d'une vitalité retrouvé ne battait dés lors plus à demi-mesure, non, il s'était improvisé chef d'orchestre pour mener cette symphonie jusqu'aux oreilles de Jirachie, et ce pour le remercier d'avoir enfin exaucer un vœux qui se faisait pressent. Cependant, c'est tout doucement que la Maîtresse coordinatrice se détourna de de son compagnons de toujours pour se perdre dans l'étendue hivernale qui composait le regard de ce bien étrange homme. Il avait donc tout son temps ? Un fin sourire se dessina donc sur les lèvres de la jeune femme qui, saisissant cette pensée bien égoïste qui venait de la traverser, enraya d'un mouvement presque instinctif tant il était mécanique ce rictus satisfait. Bon, Vanya était une égoïste ce n'était pas nouveau mais de là à garder pour elle seule une compagnie si plaisante... Quoi qu'il en soit le voilà qui lui offrait à présent son nom. Amos, Levi. Amos Levi. L'homme au charmant sourire et parfum suave.
La jeune femme nota donc mentalement ce nom au côté d'une alarme lui interdisant formellement de l'oublier comme bien trop de patronyme auquel elle ne parvenait à coller ni visage, ni parfum. Elle et les noms.... Quoi qu'il en soit la jeune femme finit par retourner à ses plats après avoir accordé un radieux sourire à ce dénommé Amos, et s'apprêta à se saisir de l'une des salades lorsque sa main -et par extension son bras- fut happée par l'homme de foi. Qu-...
Le regard de la belle vint alors suivre le sien un peu surprit, s'agrippant à sa peau mis à nue sans réellement comprendre ce qui pouvait tant l'intéresser hormis une peau aussi douce que du satin ou que l'étreinte d'un Douduvet 100%coton tout moelleux #sisi tavu et... Oh. Ca. Les iris de la coordinatrice harponnèrent alors celle d'Amos avec plus de détermination cette fois, et finirent par s'adoucir lorsque les paroles de celui-ci s'élevèrent. Cependant quelque chose glissa là, aux coins de ses lèvres, mi-amusé mi-curieux, patientant avec tranquillité jusqu'aux premiers morts de cet homme décidément bien trop inquiet quant au sort de la coordinatrice. Alors, ce qui s'apparentait aux prémisses d'un éclat de rire vinrent mourir au bout de ses lèvres, ouvertement touché par la douceur de ces propos auquel elle n'était clairement pas habitué.

On lui ordonnait généralement de gérer ses problèmes seule, à la manière d'une adulte et Nawra qu'elle était, et ce sans lui accorder ne serait-ce que l'ombre d'une présence rassurante. Le blâmait-elle ? Nullement, c'était ce qui l'avait endurcie mais... Voici qu'un inconnu venait l'entourer d'une aura douce et délicate, et ce sans contrepartie à présager. Amos, où t'étais-tu cachés durant toute ses années ? … Et te serais-tu montrés si la femme qui te faisait aujourd'hui face n'était qu'une coordinatrice sans grande prétention ? Pas sûr. Cependant la jeune femme demeura là, un délicat sourire aux bouts des lèvres là où Rousillon s'étirait de tout son long pour finalement se coucher auprès de sa dresseuse, l'oeil posé sur Amos, et ce, jusqu'à ce que ses oreilles ne se plaque brutalement en arrière. Il avait vu quelque chose. Cependant si l'attention de Vanya fut aussitôt porté sur la direction que menaçait Rousi, et ce d'un regard farouche dénué de grondements que l'on cherchait à réprimer en ce lieu, la rousse finit par voir son attention porté sur le pokematoss que lui tendait l'homme de foi. Alors comme ça il était définitivement sérieux ? … Et bien, il regretterait ses propos lorsque la jeune femme l’appellerait en pleur à 4 h du matin, ou qu'elle lui soutiendrait du bourbon au cœur des veines que récupérer son pokemon par la force était le meilleur plan de tout le siècle. Haha... Hélas, si la jeune femme nota le numéro un éternel sourire aux lèvres, figés sur ce masque de porcelaine qu'elle semblait avoir subitement revêtu, sa voix finit par doucement s'élever, une pointe d'humour au fond de la gorge :

-Il faut bien apprendre à se séparer tôt ou tard. A force de vivre collé l'un à l'autre nuit et jour il semblerait que je ne sois plus en mesure de exister correctement sans son mauvais caractère, à croire qu'il est mon jumeau ou que nous ne faisons qu'un, haha.  Par conséquent si une pause peu éviter une fusion entre son côté grognon et mes insomnies à répétition, soyez certain que cela ne peut que sauver Rigel. Je vous remercie cependant de votre douceur et attention à mon égard, bien qu'il semblerait que votre aide ait plus de valeur entre les mains d'un ou d'une autre. Je vais bien Amos, ne vous inquiétez surtout pas pour ma personne. Si les Maîtres de Rigel commencent à flancher pour si peu, où irions nous ? Je me dois d'être forte pour honorer ce titre, alors j'essayerais de l'être... Bien que les débuts furent difficile, je consens à l'avouer..

Ah ça... On en reparle du fait que tu ais pourris tes collègues alors que bon, ils ne faisait qu'obéir à Meora et aux lois ? Ou d'avoir tacler un Erle qui, soumis à une pression déjà écrasante, devait en plus supporter ton mauvais caractère ? Ouaip, c'est ça, essaye de noyer ton regard dans un terrier de laporeille.
Vanya glissa donc sa main sur cette longue robe de mousseline rouge qui accueillait quelques uns de ses pokemons avant de se pencher sur un Rousillon qui s'attaquait sans vergogne à son repas. Et pourtant Vanya demeura là, le regard perdu sur ce pelage qui lui avait manqué de brosser en râlant qu'il ne serait jamais totalement propre, couvert de chardons et poussière.
Alors, c'est après un long moment de silence qu'elle finit par lever ses grands yeux bleu en direction d'Amos, un pâle sourire au bout des lèvres :

-C'était peut être la meilleure solution au final... Si nous étions moins fusionnel Rousi et moi, tout ceci ne se serait jamais passé. Et si j'avais assumé mon rôle de dresseuse et non celui de … Je ne sais pas... Si j'avais maintenu ce lien hiérarchique qu'on nous demande de partager entre dresseur et pokemon alors il n'aurait pas réagit à ma place et chargé tête baissé. C'est entièrement de ma faute et j'en conviens mais... Je connais mon pokemon Amos... Jamais il n'aurait attaqué s'il n'avait pressentit une menace. Je connais sa force et ses limites, je peux presque pressentir chacune de ses actions et... Cette nuit là n'était définitivement pas normale... Judas...

Cette fois-ci, la rousse se mura dans un certain mutisme avant d'opter pour un repli stratégique derrière ce rire cristallin qui lui sied si bien. Alors elle finit par glisser sa main sur le dos de son pokemon et le contraindre à se coucher comme pour détacher son attention de l'arcanin qui les fixaient au loin, et ce tout en s'excusant.

-Quand je vous disais que mes insomnies étaient un véritable fléau pour Rigel, voyez donc, je divague encore une fois, haha. Quelle triste compagne je fais. Salade ? Sinon j'ai... Des légumes... De la viande bien que je ne sois pas aussi carnivore que Monsieur Grognon, et... Des fruits. Beaucoup de fruit. Je m'en excuse par ailleurs, ce n'est pas très nourrissants haha. Par conséquent n'hésitez pas à vous servir et resservir ! ... Sinon, parlez moi de vous ! Que fais un membre des Etoiles de Jirachi lorsqu'il ne sauve pas le monde de la bêtise humaine ?  

Avenante, souriante, parfaite dans le rôle d'hôte, vous pouvez même apercevoir des paillettes l'auréoler dans une lumière éclatante. Qu'elle fuite Vanya, qu'elle superbe ! On ne distinguait presque pas cette ombre attristé danser derrière les abysses de son regard...
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Boo
avatar
Messages : 37
Points : 220
Date d'inscription : 19/11/2016
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Mar 13 Juin - 23:15
Ca s'emporte un peu là.

Et bien que Vanya sembla accepter son aide, il sentit que quelque chose n'allait pas, n'avait-elle pas confiance ? Ce n'était pas si étonnant que ça après tout, combien de fois s'étaient-ils vus ? Deux fois, sérieusement... Alors il se contenta de mimer le sourire tranquille de la jeune femme, attendant patiemment qu'elle finisse de noter son numéro. Ceci dit, elle finit par prendre la parole, et ce qu'elle dit le fit tiquer.

-Il faut bien apprendre à se séparer tôt ou tard. A force de vivre collé l'un à l'autre nuit et jour il semblerait que je ne sois plus en mesure de exister correctement sans son mauvais caractère, à croire qu'il est mon jumeau ou que nous ne faisons qu'un, haha.  Par conséquent si une pause peu éviter une fusion entre son côté grognon et mes insomnies à répétition, soyez certain que cela ne peut que sauver Rigel. Je vous remercie cependant de votre douceur et attention à mon égard, bien qu'il semblerait que votre aide ait plus de valeur entre les mains d'un ou d'une autre. Je vais bien Amos, ne vous inquiétez surtout pas pour ma personne. Si les Maîtres de Rigel commencent à flancher pour si peu, où irions nous ? Je me dois d'être forte pour honorer ce titre, alors j'essayerais de l'être... Bien que les débuts furent difficile, je consens à l'avouer..

Les mots de la maîtresse attirèrent alors toute son attention, et si celle-ci semblait capable de garder un sourire charmant en toute circonstance, Amos, lui, préféra arborer une mine plus sombre, plus sérieuse, les sourcils froncés. Contrarié ? Un peu, mais malgré la pose de la coordinatrice, il comprit qu'elle n'en avait pas finit et il se contenta simplement de se redresser pour attendre patiemment la suite. Il n'était pas du genre à agir de sang chaud, et il voulait connaître le fond de pensée de sa vis-à-vis.

-C'était peut être la meilleure solution au final... Si nous étions moins fusionnel Rousi et moi, tout ceci ne se serait jamais passé. Et si j'avais assumé mon rôle de dresseuse et non celui de … Je ne sais pas... Si j'avais maintenu ce lien hiérarchique qu'on nous demande de partager entre dresseur et pokemon alors il n'aurait pas réagit à ma place et chargé tête baissé. C'est entièrement de ma faute et j'en conviens mais... Je connais mon pokemon Amos... Jamais il n'aurait attaqué s'il n'avait pressentit une menace. Je connais sa force et ses limites, je peux presque pressentir chacune de ses actions et... Cette nuit là n'était définitivement pas normale... Judas...

Essayait-elle de justifier ses actes, tout du moins, les actes de son pokemon, devant lui ? Alors que dans cette affaire, elle n'avait pas meilleur soutient ?
Alors, c'est une main désormais pensive qui vint s'accrocher au menton de l'homme de foi. Il n'avait pas perdu cet air sombre qui lui était tombé dessus, mais éviter de foudroyer la jeune femme du regard. Elle n'était pas responsable de sa « contrariété », c'était le système de Rigel tout entier qui était corrompu, et Vanya en faisait malheureusement les frais. Aussi, si elle sembla balayer toutes ses pensées d'un simple rire avant d'enchaîner sur un autre sujet de conversation, Amos resta concentré sur les quelques mots qu'elle avait prononcé. Ignorant salade et fruits, il plongea un regard acéré dans celui de la jeune femme, comme s'il tentait – en vain – de sonder les mystères de cet esprit. Et ce n'est qu'après avoir laisser planer un léger – bien que lourd – silence sur leur petite réunion, qu'il répondit à sa question par une autre question.

-Vous considérez-vous supérieur à votre compagnon, Mademoiselle Nawra ?

Le ton était plus froid que prévu et il s'en voulut, mais le sujet le prenait trop à cœur pour conserver la sobriété que son rôle lui imposait. Alors, après avoir laissé flotter un nouveau silence, il reprit la parole, adoucissant sa voix.

-Je sais... Je sens que non, Goélise. Vous parlez d'assumer le rôle d'un dresseur, mais êtes vous certaine qu'il s'agit du meilleur rôle à endosser ? Et quand je parle de dresseurs, je parle de tous les aspirants de la Ligue, pas uniquement de la branche combattante...

Il prit une pause et se regard se perdit un instant.

-Laissez moi répondre à cette question à votre place... Non, ce rôle n'est clairement pas à endosser.

Et son regard se fit soudainement plus dur, comme si un souvenir rageant refaisait surface.

-Je vais vous expliquer Goélise... De nos jours, être un dresseur a beaucoup perdu de sa superbe. Par le passé, les dresseurs étaient des personnes capables de communiquer avec les pokemons, de les comprendre et par extension, de ne faire qu'un avec leur partenaire et la nature.

A mesure qu'il parlait, ses mains et ses bras s'ouvraient comme pour signifier l'importance de ses paroles.

-Les champions, et les maîtres n'étaient pas ce qu'ils sont devenus aujourd'hui – ne me mal-interprétez pas, j'ai beaucoup d'estime à votre égard -, mais il s'agissait avant tout de guides. Des mentors pour la nouvelle génération, et non des rivaux que l'on peut aujourd'hui trouver dans vos rangs. A l'époque, ils étaient heureux de perdre leur place car cela signifiait que leurs élèves avaient appris et avaient grandi... Désormais, il s'agit d'une course, d'une... Compétition...

Le dernier mot traversa ses lèvres et sembla les écorcher tant son mépris était évident. Ceci dit, après un clignement de paupière, il adoucit à nouveau son expression et prit une grande inspiration.

-Ne vous méprenez pas, je ne pense pas que la compétition soit une mauvaise chose, elle pousse à se dépasser et à dépasser nos limites mais... La nature même des épreuves de la Ligue a été transformé. Il s'agissait là avant tout d'un apprentissage Goélise, comprenez vous de quoi je veux parler ? Les jeunes gens quittaient leur ville natale pour partir à l'aventure et grandir. Être le meilleur n'était pas important, l'objectif était de se découvrir, de découvrir le monde alentour et surtout, de le comprendre.

Et alors que quelques minutes plutôt il avait semblait furieux, sa voix se fit plus faible et ses regard plus triste, presque mélancolique.

-De comprendre les pokemons aussi... Goélise, je sais que vous le savez, mais il ne s'agit pas là de poupées, encore moins de créatures stupides déposées ici bas dans l'unique but de divertir notre espèce. Les pokemons sont nos pairs, et je suis certain que vous avez entendu les théories dévoilant une parenté commune entre nous. A partir de là, il n'y a aucune raison de penser qu'une espèce est supérieure à l'autre, me suivez-vous ?

Alors, il sortit de son col une petite cordelette à laquelle était rattachée ce qui s'apparentait à une petite flûte. Doucement, il se redressa et se leva, portant l'objet à ses lèvres.

-J'aimerai vous présenter quelqu'un...

Fut tout ce qu'il donna comme explication avant de souffler quelques notes dans le petit instrument. Il ne fallut pas longtemps pour qu'un battement d'ailes retentissent au dessus d'eux, et encore moins longtemps pour qu'un imposant Xatu se pose à ses côtés. Le regard dur, le pokemon voyant salua sobrement la petite troupe avant de tendre une aile vers Amos.

-Ezri, je te présente Goélise Nawra... Goélise, je vous présente celui que je considère comme étant mon frère d'âme, Ezri.

L'oiseau n'émit qu'un sobre sifflement à l'attention de la jeune femme et de son équipe.

-Il m'accompagne depuis mes débuts, et lorsque j’eus enfin compris le lien qui nous unissait, je l'ai relâché... Ezri n'a plus de pokéball car il ne me semblait pas correct de garder enfermé celui qui avait partagé ma vie. Malgré cela, nous ne nous sommes jamais quitté, et il n'est jamais loin de moins. Cette mélodie, nous l'avons pensé ensemble pour que nous puissions toujours répondre à l'appel de l'autre.

Son regard se perdit un instant se le plumage émeraude du pokemon qui s'ébroua. Alors c'était donc eux qui avaient attiré l'attention de son compagnon ? S'il y avait eut un quelconque moyen de lire dans le regard du Xatu, nul doute que l'on aurait put y retrouver le futur de la jeune femme, mais pourtant, Ezri se contenta de garder le silence, et après quelques instants, il étendit ses ailes pour reprendre son envol sous le regard glacé d'Amos.

-Magnifique, n'est ce pas ?

Qu'il murmura plus pour lui même que pour la jeune femme. Et alors, après un nouveau silence solennel, il entreprit de conclure ce pourquoi il avait commencé à parler.

-Tout ça pour vous dire que... Je ne pense pas que vous ayez mal agit Goélise. Vous n'avez pas à contrôler Rousillon, vous l'avez dit vous même. Votre relation est fusionnelle et ce n'est pas un mal. Les pokemon ont leurs propres envies, leurs propres désirs et leurs propres opinions, vous ne pouvez prétendre les leurs arracher pour leur imposer les autres... Non... Ce qui ne fonctionne pas actuellement... C'est le système de Rigel. Corrompu, défaillant... Nous avons oublié d'où nous venions, nous avons oublié notre essence même, ce qui a fait de Rigel cet archipel reconnu parmi tant d'autres, notre essence... Et j'ai bien peur que retourner à nos racines est une tâche bien trop ardu. Ne croyez pas que je n'ai pas remarqué les regards ennuyés lors de mon discours à la fête du printemps.. Peu de gens se soucient de Jirachi... Et c'est un tord, nous allons au devant de...

Les dernières phrases avaient été prononcées sur un ton proche du murmure, et avant qu'il ne puisse finir, il ferma les yeux et secoua la tête. Alors, son regard se posa à nouveau sur Vanya, toujours aussi glacial, mais étrangement plus chaleureux. Aujourd'hui, il venait de partager ses penses avec elles, peut être était ce pour ça que ses yeux semblaient moins froid ?

-Je crains ne vous avoir parut un peu trop exagéré, pardonnez mon emportement.

Qu'il finit par dire, un fin sourire aux lèvres avant de se ré-installer à genoux devant elle.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 237
Points : 521
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Mer 14 Juin - 3:58
#JeSuisUnePrincesseDisney

Boo



Equipe : Laporeille, Pachirisu, Okéoké, Charmillon, Roucool  ♥ 

-Vous considérez-vous supérieur à votre compagnon, Mademoiselle Nawra ?

Elle avait tressaillit, si bien que le démolosse paisiblement allongé à ses côté avait vu ses oreilles se plaquer en arrière et ses babines doucement se retroussée dans un grondement léger mais lourd de sens, avertissement à peine dissimulé à l'égard de propos que lui même n'appréciait guère. S'il y avait sur cette terre une seule et unique personne en droit de juger cette empotée de demoiselle, il s'agissait de lui et personne d'autre ! Alors il se redressa à demi, les muscles bandés par une tension palpable et éclatante, mais vit les prémisses d'une remontrance sauvage et instinctive s'évanouir lorsque la main de sa partenaire vint s'apposer tout contre son épaule comme pour lui demander un peu de calme, fébrile. Clairement, Vanya avait perdu sa superbe pour aborder un regard terriblement perdu, hésitant, fuyant même. Elle se savait jugé et en position de faiblesse contre des arguments qu'elle ne pouvait démentir tant elle les comprenait et pourtant c'était d'un rire cristallin qu'elle avait tenté de camoufler ce doute viscéral qui la rongeait jusqu'au cœur. Que devait-elle penser ? Elle n'avait suivit que les conseils prodigué par son clan et son propre instinct pour « dresser » Rousillon et tout s'était merveilleusement passé jusqu'au bal, mais il y a quelque temps encore on lui reprochait un entraînement trop laxiste et un rapport tout sauf hiérarchique avec son pokemon, et aujourd'hui on lui reprochait des propos arrachés aux bouches de ceux qui lui avait dérobé son précieux ami ? Qu'est-ce qui ne tournait pas rond bon sang ? … Et ce regard glacial qui ne la lâchait décidément pas. Cette posture qui la jugeait ouvertement. Ce sourire absent... Les méritait-elle donc ?

Alors, Vanya qui s'était noblement installée là, à la manière d'une dame de bonne famille qu'elle prétendait être vit doucement ses genoux se ramener contre sa poitrine, et son regard se noyer au plus loin des ténèbres que formait la robe de son partenaire. Que lui avait-elle fait ? Condamnée à ce lieu pour ses propres erreurs ? Culpabilisait-elle ? Oh que oui. Elle se voyait presque courir jusqu'à la chambre d'Erle pour qu'il l'enferme elle et relâche son Rousillon à la place mais ce marché avait-il du sens ? Sincèrement ? Il lui rirait au nez, et le supplier serait en plus d'être une humiliation bien trop pesante, vaine, et elle le savait.
Et puis n'avait-elle pas prétendue voulue être forte à l'instant ? Craquer maintenant ne servait à rien, sauf à se précipiter dans un embarras dont elle ne saurait sortir seule, et qui l'accablerait d'un jugement bien plus sévère. Alors la jeune femme demeura là, le visage impassible et le regard vide, se perdant en quelques sourires vide de sens comme pour acquiescer des propos qu'elle avait l'espace d'un instant cessé d'écouter. Voulait-elle réellement se perdre au cœur de remontrances silencieuse ?  Ou plutôt, aurait t'elle réellement la force de les supporter ? Pas certain. Et, lorsqu'il aborda le passé glorieux des dresseurs et la relation privilégié qu'ils avaient su établir -sous entendu, eux faisaient de la merde aujourd'hui-, le poing de la jeune femme se referma doucement sur lui même. Si elle avait eut la force de se lever et partir en courant elle n'aurait pas hésité à le faire, hélas elle n'était plus une enfant et avait une image à tenir, alors elle demeura là, une canine sur sa lèvre inférieur comme pour faire taire toute protestation.
C'était faux.
Il y avait de bon dresseur. Il y avait des liens tout bonnement magnifique qui se tissait entre homme et pokemon, encore aujourd'hui ! Il n'y avait qu'à voir autour d'elle ! Oreste et son steelix, Kha et son Etouraptor lorsque ce n'était pas Aligatueur, Halsey et son Pingoléon mort au combat, ou même ce maudit Erle et Amiral ! Combien de fois s'était-elle prise d'une envie de contempler tout ces tableaux si parfait à ses yeux et... Non. Il y avait encore de belle relation, et celle qu'elle partageait avec Rousillon en faisait partit. Amos n'avait en aucun cas le droit de remettre ça en question, Rousillon et elle avait bien trop partagé de chose pour qu'on freine leur avancée et les recales sous prétexte que les anciens faisaient mieux. Peut être mais...

« -Les champions, et les maîtres n'étaient pas ce qu'ils sont devenus aujourd'hui – ne me mal-interprétez pas, j'ai beaucoup d'estime à votre égard »

Beaucoup d'estime à son égard ? Cette fois le sourire qui se traça sur ses lèvres malmenée par une canine nerveuse et acérée prit des allures sarcastique, presque provocatrice mais elle demeura immobile, la main posée sur Rousillon comme pour lui intimer l'ordre de demeurer calme là où une véritable tension se dessinait sur ses muscles. Et pourtant, ce ne fut qu'au détour d'un mot que Vanya sembla véritablement saisir la portée de ce message qu'elle semblait avoir sans doute prit trop à cœur. Des guides ? Des mentors ? Concevoir le rapport Maître / postulant au titre comme un enseignement et non une rivalité ? Cette fois-ci le regard de la belle s'était brusquement redressé en direction d'un visage désormais plus doux, et pourtant, l'amertume plus tôt endurée demeurait en bouche, comme un arrière goût que tentait pourtant de faire passer une délicieuse sucrerie. Alors, pour la première fois depuis leur rencontre, une étrange lueur vacilla au creux de ses abysses marines. De la méfiance ? Cela ne faisait nul doute, et pourtant si tout ses muscles semblait s’être tendu pour se calquer sur ceux de son démolosse, si ses bras enlaçait toujours ses genoux avec la force d'une enfant quelque peu perdue, il y avait quelque chose dans sa posture qui laissait suggérer une écoute attentive, attention qu'Amos gagna entièrement en faisant appel à une bien étrange mélodie.
Oui la curiosité avait balayé la méfiance au point de relâcher ses genoux lorsqu'une ombre se projeta au dessus de la petite troupe. Alors c'était désormais guidée par un certain émerveillement que la jeune femme observait cet étrange équipe tout en se laissant conter ce lien qui l'unissait à ses membres. Une simple mélodie pouvait-elle réellement suffire à endiguer les situations les plus complexes ? Et si un jour l'un sombrait dans un combat dont il ne pouvait sortir seul, prendrait-il réellement le temps de chanter ? Et si son pokemon tombait entre les griffes d'un autre ? Et si l'un décidé de se lasser de l'autre ? Ce dernier le supporterait-il ? ….

Le regard de la jeune femme se tourna donc en direction  de Rousillon qui semblait avoir prêté à son tour une certaine attention à la scène, et, si leur regard se croisa un instant Vanya ne put cette fois ci  soutenir cet échange. Rousillon le supporterait, pas elle. Elle était bien trop égoïste pour concevoir libérer son partenaire, et ce malgré le fait qu'il soit constamment hors de sa pokeball. Elle avait testé la séparation et ne souhaitait en aucun cas la voir allongée pour l'éternité. Jamais. Et pourtant, en y réfléchissant bien ce lien  n'était pas inconnu au regard de la coordinatrice, car après tout, n'était-ce pas ce qui liait Nérée, le lokhlass errant au large de port Pauplie et sa grand mère ? C'était elle qui lui avait confié son ocarina et apprit à jouer ces mélodies destinées à attirer le pokemon, et s'il n'était jamais venu lorsque Vanya tentait de les jouers, les mélodies de mamie Halsey avait toujours porté ses fruits ! … Mais était-ce sa nature de sorcière des plus effrayante qui contraignait le pokemon sauvage à approcher, ou un véritable lien, pur et dénué d'artifice  ? …
Alors son regard se plongea au creux de celui du pokemon comme pour en percer les mystères mais, et alors que ses lèvres s'entrouvraient comme pour faire part de quelques mots, l'oiseau s'ébroua et s'éleva à la manière d'un roi  dans les cieux, les plumes baignée par la lumière et le regard silencieux pour finalement disparaître au sein de la nue comme il était venu. Alors c'est non sans regret que la jeune femme demeura là, accroche aux nuages sans pourtant parvenir à saisir les tenants et aboutissement d'une telle fidélité. Clairement, si elle devait... Aie !
Cette fois ce fut les crocs apposé tout contre sa brûlure qui arrachèrent un sourire à la jeune femme qui, elle devait bien l'avouer, n'avait finalement aucun doute à avoir concernant la loyauté de son pokemon. C'était un Nawra lui aussi ! … Et c'était ces mêmes doutes qui avait causé cette brûlure que haïssait tant la coordinatrice, alors apprendrait-elle un jour la leçon ? Si les hommes pouvait la trahir, jamais son partenaire ne le ferait. Mais l'inverse était-il vrai ? … Jusqu'où pourrait-elle aller pour ce pokemon alors qu'elle le laissait gentiment croupir ici là où il lui suffirait de jouer de contact ou d'ingéniosité pour le récupérer ? … Etait-elle aussi lâche que ça ? Aussi... Égoïste ?

Non. Elle avait fait ça pour Rigel et son équilibre, bien plus que pour elle. Si les maîtres échappaient au loi tout ne serait que chaos et … Mais à quoi pensait-elle ? Depuis quand Rigel était-elle une priorité ? … Mais ne devait-elle pas protéger l'archipel de ses ancêtres ? Etait-ce véritablement une trahison de vouloir le bien des terres qui avaient abrité l'histoire des Nawra ? Pas tant que ça, si ?
Alors la jeune femme demeura immobile là, les caresses courant sur le dos de son compagnon tout en écourtant les propos d'un homme qui, au final, ne semblait aucun cas lui reprocher son attachement à son compagnon au contraire. Alors devait-elle demeurer méfiante à son égard ou pouvait-elle finalement lâcher ses genoux ? Ok, ça lâche ses genoux, ça approche doucement à quatre patte et... Wow. Trop prêt, trop prêt !
La jeune femme venait de soudainement se saisir des mains de l'homme de foi tout en plongeant ses grands yeux abyssaux au creux des siens pour un contact étrangement... Franc ? Trop de confiance peut être Goélise. Beaucoup trop de confiance en vérité. Tu vas souffrir de la trahison, tu le sait ça ? Et pourtant, ce fut d'une voix étrangement posée et douce que la jeune femme souffla des mots auxquels elle n'était vraisemblablement plus habituée :

-Je suis Maîtresse Coordinatrice Amos, il ne tient qu'à moi et mes collègues de redresser tout ceci. Ca prendra sans doute un peu de temps, après tout notre archipel n'a pas conquise sa superbe en quelques jours, mais je peux vous assurer qu'elle retrouvera sa noblesse d'antan.  Rigel est une archipel dont les jours sont encore troublés Amos, son altesse Meora a balayée la monarchie au profit du peuple il n'y a pas si longtemps que ça au final et quelques tensions subsistent encore aujourd'hui, bien trop de tension. Il faut donc laisser le temps au Temps avant de trouver une certaine quiétude, mais tout demeure extrêmement malléable, les lois, les mœurs, l'intérêt porté à nos divinités et aux liens qui unissent pokemon et humain. Alors je vous en prie, ayez foi en notre archipel. Comment Jirachi pourrait-il revenir si nous même n'avons plus foi en le genre humain ? Regardez autour de vous, il y aura toujours des exceptions pour illuminer le chemin des autres, et si une simple main tendue peut égayée une soirée et les jours à venir jusqu'à remettre en question une femme, imaginez ce qu'elle peut faire au sein du conseil. Je suis une Nawra, et il ne faut jamais sous-estimer une Nawra ! Alors je vais vous faire un promesse Amos, et je vous demande de croire en la sincérité de mes propos car il est définitivement trop rare que j'ose accorder ma parole. Je vais retourner au conseil et je vais m'excuser auprès de mes collègues et surtout auprès d'Erle, je consent même à tenter une approche pacifique avec Magnus, et je vous promet de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que nos différents domaines s'accordent avec harmonies afin de rétablir une certaine quiétude à Rigel et un monde plus juste à l'égard de nos partenaire. Je ferais de mon mieux pour guider les coordinateurs vers un chemin de connaissance et non de compétition -bien que ce ne soit pas gagné d'avance, mais je le répète je suis Vanya ! J'obtiens tout ce que je veux haha- et je les sensibiliserer aux légendes d'autrefois. Et s'il faut que je sacrifie quelques heures de sommeil pour me pencher sur les dresseurs, ranger et civil alors soyez en sûr que je le ferais avec plaisir. Gardez simplement la foi et je tiendrais cette promesse, même après mon déclin s'il le faut.

Elle resserra donc doucement ses mains autours de celle du tatoué avant de se perdre en contemplation. Piégée sur cette étendue de glace que formait les iris de son interlocuteur, Vanya peinait à se mouvoir, captivée par ce calme environnant qu'elle ne connaissait à nul autre regard. Elle s'était donc laissée happée par ces grandes plaine gelée, ces océans figé et un monde qui lui semblait si particulier, elle qui ne connaissait que les tempêtes de la rivalité, l'éclat de l'admiration et le vide d'un bal des masques mécaniques éprouvé à répétition. Et, si ce doux hiver aurait pu faire fuir notre oiseau des mers vers des horizon plus familier, Vanya demeura là, dans l'incapacité totale de se détourner de l'aventure onirique et captivante que semblait lui promettre ces grands yeux couleur glace. Alors c'est presque instinctivement que sa main se resserra un peu autour de celle qui la tenait, et ce pour quérir un peu de chaleur avant de s'aventurer plus loin au sein de cette fenêtre donnant sur l'âme de cet homme décidément bien curieux.
Un frissons vint alors courir sur son échine tandis qu'un sourire dissident et impossible à réprimer se gravait sur ses lèvres. Une étrange quiétude porta donc la coordinatrice l'espace d'un instant avant qu'éveiller en elle un sentiment de fuite, impérieux et viscéral. Elle relâcha donc un peu trop brusquement cette main avant de finalement retourner auprès de Rousillon et se saisir de l'un des plats. Au pire, si elle ne parvenait décidément pas à mettre le conseil d'accord ou gérer les coordinateurs, elle se tournerait vers... Mami Halsey ? Ouais. Le vaudoo c'était toujours pratique en vérité !
... Cependant son regard ne put s'empêcher de délaisser ses fruits pour finalement s'échouer sur Amos, mi-curieuse, mi-inquiéte. Vers quoi allait Rigel ? Qu'est-ce qui avait pu motivé pareil emportement ?

-Tout ira bien. Rigel a encore de beau jour devant elle. Et puis... Vous allez rire mais votre discourt me rappelle ceux tenu par ma grand mère. Bon, elle est bien plus dure, cynique et effrayante que vous du coup je ne sais pas si la comparaison vaut vraiment le coup d'être soulignée mais... C'est un excellent leader et c'est elle qui nous a apprit à travailler en équipe avec nos pokemons au point ou Rousillon passait le plus clair de son temps hors de sa pokeball, comme tout les pokemons de la famille d'ailleurs mais... Elle aussi jouait d'un instrument pour attirer un pokemon. J'ai toujours cru qu'elle avait un don pour charmer les pokemons sauvage mais... Ce don n'est peut être au final qu'une confiance éthérée et dénuée d'artifice. C'est assez naïf mais j'ai toujours voulu croire que cette habitude était lié à ma famille, tiré de mes ancêtres et enseigné au plus jeune de génération en génération mais... Au final je suis heureuse de découvrir que ce n'est pas le cas. C'est passionnant de se dire que, finalement, nous n'aurions pas besoin de pokeball, comme avant. Haha, j'aurai adorée pourvoir observer les premiers dresseurs, les premiers coordinateurs... Aloysia Ibris... Mais au final je suis née à cette époque ci et ce n'est pas plus mal, au moins j'aurais la prétention de vouloir rejoindre ces grands noms qui ont fait Rigel, égoïste pensée n'est-ce pas ?  Haha. Cependant c'est les rêveurs et les fous qui ont forgé nos terres et océans, alors j'espère profondément parvenir à tendre, à ma petite échelle bien sûr, vers un monde que je jugerait meilleur... Mais pour le moment il commence par ce repas et... Si vous ne gouttez rien je vais finir par croire que je suis une piètre cuisinière !

Elle avait ri, de bon coeur cette fois-ci si bien qu'il ne lui fallut pas bien longtemps pour perdre ce soudain élan enjoué en caresse énergique sur le dos du démolosse retombé mollement là. Il grognait sans grande conviction mais finit cependant par rouler sur le côté pour profiter d'une caresse des plus agréables. Alors Concorde le laporeille et Forban le Roucool approchèrent à leur tour, curieux et également attiré par la nourriture, avouons le.

-Je vois, votre amour n'est clairement motivé que par la nourriture ! Je suis triste, si triiiiis... Hiiiii !

Voilà, à faire l'idiote elle avait finit par se voir basculé au sol et écrasée par un Rousillon qui semblait refermer les yeux sans grande peine.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Boo
avatar
Messages : 37
Points : 220
Date d'inscription : 19/11/2016
Data

#JeSuisUnePrincesseDisney | Boo

MessageSujet: Re: #JeSuisUnePrincesseDisney | Boo Mer 12 Juil - 2:30
Le départ...

Et si durant son discours il remarqua l'attitude défensive de Vanya et qu'il s'en mordit les doigts, il eut le plaisir et le soulagement de constater qu'au fil de ses mots il avait réussi à apaiser les tensions de la demoiselle jusqu'à ce que celle-ci... S'avance à quatre pattes dans sa direction. Son geste fut suffisamment vif et proche pour intimer en lui un bref geste de recul. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas les contacts humains, mais il n'était pas habitué à ce genre de surprise. Ceci dit, lorsqu'elle se saisit de ses mains, il ne repoussa pas le contact et se redressa même pour écouter ce qu'elle avait à dire. Son regard semblait plus vif, plus déterminé, et se fut à son tour de se taire pour écouter ce qu'elle avait à dire... Et qu'est ce qu'elle avait à dire !
Elle lui tint alors un discours dégoulinant de naïveté, d'innocence et de bonne volonté. Comment la blâmer ? Si tous ces bons sentiments le mirent pendant l'espace d'un instant assez mal à l'aise, il se reprit. N'était-ce pas ce genre de personnes qu'il cherchait après tout ? Des gens avec la capacité et l'envie de faire bouger Rigel ? Si, c'était précisément pour cette raison qu'il avait approché Vanya, et même s'il pouvait sentir un pincement au cœur, une ombre de culpabilité, il ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle avança son nom pour promettre. Une promesse, hélas, qu'il n'avait pas grand espoir de se voir réaliser... Pessimiste ? A peine, mais au moins, il savait qu'elle le ferait. Comment pouvait-il l'assurer ? Son instinct entrait clairement en jeu pour la juger, mais il y avait certainement aussi le fait qu'elle faisait partie de ses semblables, de ces personnes capables de se lier suffisamment à un pokemon pour le comprendre et partager ses pensées. Ca, et ce regard abyssale qui accrochait décidément bien souvent ses yeux. Difficile de s'en dégager une fois qu'il avait été harponné, mais il ne chercha pas à fuir, au contraire. Durant ce bref échange, il en profita pour tenter à nouveau de voir au delà des iris de Vanya. Les yeux sont le reflet de l'âme, n'est pas ? Mais c'était peine perdue, aussi proche soit-il d'Ezri, il n'avait pas hérité de ses dons de clairvoyance, et il se contenta simplement d'effleurer la surface de Goélise avant que celle-ci ne finisse par se soustraire à ce face à face. Pourtant, et malgré son échec pour lire l'esprit de sa vis-à-vis, il comprit assez aisément qu'elle venait d'abandonner une ligne de défense face à lui. Sa manière de parler avait changé, elle semblait moins se préoccuper des formules et lui parla même de son aïeule. Et puis, lorsqu'elle évoqua leur ressemblance malgré quelques détails qui différaient, il ne put s'empêcher de rire. Ce fut discret, et même s'il masqua son visage d'une main, il était évident qu'il était amusé par ce commentaire. Alors il la laissa poursuivre son discours, parler de ses espoirs, de ses sentiments vis-à-vis des possibilités qui s'offraient à elle et aux restes des coordinateurs et des dresseurs. Le sourire d'Amos ne put disparaître, et pendant l'espace d'un instant, il se sentit satisfait parce qu'il avait réussit à illuminer une personne. C'était rare, et ça n'avait pas été forcément son intention, pas de cette manière... Mais il n'allait pas s'en plaindre, alors, lorsqu'elle l'invita une nouvelle fois à goûter sa nourriture sans quoi elle s'en retrouverait vexée, il ne put qu'abdiquer et s'avouer vaincu. Il attrapa donc un petit récipient pour y déguster un peu de salade de fruits. Il n'était pas venu pour manger, mais pourquoi se priver ? Et pendant ce court interlude, ses remerciements se perdirent derrière un jeu des plus... Adorables. Si une partie de lui même ne put que s'attendrir devant un telle spectacle, une autre s'en retrouva hautement satisfaite : il était certain que Vanya, ou même Goélise, ne se montrerait pas sous ce jour à n'importe qui. Venait-il de gagner un peu plus de sa confiance ? Sûrement, et son sourire amusé en dissimula un autre, moins innocent.

-Merci pour vos mots Goélise. Il n'est pas aisé de garder les yeux sur la Lumière au bout du tunnel, mais vous avez raison. Comment Jirachi pourrait nous rejoindre si nous même ne pouvons nous supporter entre nous ?

Venait-il d'admettre une certaine faiblesse ? Oui, en quelques sortes. Un échange ne peut pas se faire à sens unique. Si Goélise se révélait à lui, il devait en faire autant.

-Et c'est d'ailleurs pour cette raison que mes frères de l'Ordre et moi-même avons demandés à reformer notre groupe. C'est une époque de changement, Meora elle même l'a initiée, nous devons suivre le mouvement ! Et je suis ravie de constater que vous êtes encline à le suivre avec nous.

Un sourire tranquille étira ses lèvres et son regard survola la zone paisiblement. Se sentait-il serein ? Oui, c'était rare, mais autant en profiter. D'autant plus que ce court interlude qu'il s'était offert avec Vanya toucha à son terme bien plus tôt que prévu. Une sonnerie répétitive s'échappa de l'une de ses poches, et alors qu'il engouffra un peu maladroitement sa cuillerée de fruit, il posa le bol pour s'emparer de son vieux pokématos – il s'agissait sûrement là d'une ancienne relique en vérité –. D'un geste de la main, il s'excusa auprès de la demoiselle avant de se relever précipitamment et faire mine de s'éloigner de quelques pas. Il échangea rapidement quelques mots, suivis de plusieurs « Non » contrarié qui vinrent durcir les traits de son visage. Non, il ne recevait pas forcément de bonnes nouvelles. « Comment ça il a... » Un soupir lui échappa alors qu'il pinçait les lèvres, agacé. Quelque secondes lui suffirent pour raccrocher et offrir une mine peinée à la jeune femme.

-Goélise, je suis vraiment navré, mais le temps que je pensais avoir a drastiquement baissé. Un incident s'est produit, je ne peux m'attarder plus longtemps.

Quelque peu attristé, il se baissa doucement pour attraper la main de Vanya et la serrer entre les siennes. Il prit la peine de lui adresser un ultime sourire et quelques mots de réconforts avant son départ.

-Profitez du reste de cette journée avec votre compagnon et ne perdez pas espoir. Vous m'avez promis du changement, mais je promets également faire mon possible pour vous aider tous deux à vous retrouver pour de bon aussi tôt que possible.

Après une légère pression sur les doigts de la jeune femme, il la salue d'un geste respectueux de la tête et se redressa avant de tourner les talons. Le pas vif, il récupéra à nouveau son pokématos pour donner quelques directives. Un de leurs hommes avait disparu et il fallait le retrouver au plus vite, sinon... Un claque sec de la langue lui échappa et sa mine se fit plus sombre. Il n'y avait pas moyen d'avancer tranquillement, mais il ne s'attendait pas à ce que ce soit aisé...
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Cosmos :: ❝ L'Île Lernaïaque :: × Cousterain :: × Pension Crofton-