AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 268
Points : 1155
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 18
Data

Feuille de personnage
× Team: Ascalon (Coupenotte) ♂, Belle (Kirlia) ♀, Méridia (Tylton) ♀, Harkon (Ptyranidur) ♂, Alioth (Solochi) ♂, Roshi (Boumata) ♂
× Bonus: + d'XP contre les Dresseurs

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Mer 20 Juin - 13:59

Un rêve qu'on ne peut abandonner.

Lorsque l'ampleur d'un dilemme obscurcit ton jugement, tu as toujours été de nature à remettre ton problème au lendemain. Et à le reporter plus loin après. Et ainsi de suite, jusqu'à l'écarter assez pour ne plus avoir à y penser. Mais il est des forces de la nature qu'on ne peut contrefaire aussi bêtement. Tu te souviens de ces heures passées à arpenter ces sentiers, le cœur flamboyant d'ambition. Empli de détermination. En compagnie des meilleurs; comment les oublier, eux ? Un léger sourire coupable se fraie un chemin aux commissures de tes lèvres, alors que le poids de ton erreur te rend honteux. À raison, pourrait-on dire... Mais tu es ici aujourd'hui, le pas ferme et bien décidé à fouler de nouveau le sol de l'archipel Rigel. Ta culpabilité devient engouement, et ce rictus s'étend jusqu'à ce que ton visage luise d'un éclat de joie que rares auront pu observer chez toi.

Son regard t'interpelle. Cette étincelle d'impatience refoulée au fond de ces pupilles excitées, sa jovialité ranimée, la queue qui frétille presque as-tu l'impression... Ascalon est du même avis. Tu acquiesces en lui adressant une œillade approbatrice, avant de contempler une fois encore le paysage bucolique de votre destination transparaissant à l'horizon. "Oui... C'est bon de revenir." Le pas discret et volatile d'une fleur azurée te rejoint pour entremêler ses foulées aux tiennes lorsque tu rejoins la rembarde par laquelle les passagers du ferry descendront. Belle semble avoir conservé tous ses états d'âme juste pour le plaisir de mûrir ici. Comme s'il n'y avait que ces terres pour vous voir grandir. Tes lèvres animent dès lors un enthousiasme contenu, les zygomatiques étirées juste comme il faut pour rassurer ta Kirlia favorite. Celle-ci te retourne après une minute d'hésitation un petit penché de minois adorable, et tu devines facilement sous ses attraits le sourire qu'elle te rend.

La brise marine caressait tes narines depuis assez de temps pour que tu puisses discerner le parfum typique de la terre en vue. Un climat espiègle et chaleureux vous accueille lorsque vous abordez enfin le Port Flibot. La première accroche pour vous lancer toujours plus loin ! Les masures rénovées en amont des quais te rappellent à leur allure suspecte les rumeurs proliférant sur le pont depuis que nombre de touristes se sont ajoutés à ta croisière. L'endroit aurait été, semble-t-il, un repaire de hors-la-loi, autrefois. Il n'est pas sans rappeler la réputation que se font certaines figures d'aujourd'hui, mais tu étais loin des affaires politiques ou simplement des actualités de Rigel. Tu te contentes d'écouter les confessions de beaux parleurs ça et là, et tu t'en ravis. Des histoires, des légendes, des théories... Tout ce qui cultive l'imaginaire !

Tu aurais pu leur demander de t'en raconter plus, mais jamais tu ne t'es défait de tes premières intentions... Vous étiez à Buccanie pour une raison concise. Tu n'oublies pas tes aspirations, maintenant qu'elles retrouvent un second souffle... Et un vif coup d'œil à ton Coupenotte cendré te rappelle quelles sont tes motivations, en tant que Dresseur en retour. Lorsque vous débarquez au sein du port et que chacun trouve sa route, tu prends la direction qu'on t'indique lorsque tu demandes le chemin vers le Sentier 3. Un réflexe machinal te pousse à vérifier ton Pokédex; un geste, qu'il soit motivé par l'enthousiasme ou de plus profonds sentiments, qui te vaudra au moins le bienfait d'avoir ravivé ta mémoire. Un nom, simple, mais qui te semble dépasser toutes les espérances d'un Dracologue. "Boumata... Il faut que je sache s'il vit ici."

L'odeur de soufre profilant au lointain te fait hausser les yeux vers la montagne calcinée. Le volcan surplombant Bourg Braise est splendide. Majestueux de par la puissance brute qu'il incarne. S'il y a bien un endroit où tu pourras trouver un Pokémon Dragon alliant rage et pondération, c'est bien là-bas. L'écosystème de l'île était réellement différent de ce que tu as pu retenir du reste de l'archipel; il y avait alors peut-être une chance que l'être de tes convoitises contribue à la richesse de la faune locale ? "Aujourd'hui, on reprend du service. Ascalon, Belle... Je compte sur vous pour donner le meilleur de vous-mêmes !"

D'un commun accord, tous hochez la tête avec une immense ferveur. Et, un pas après l'autre, votre aventure débute son renouveau sur le Sentier 3; le regard bien rivé sur le volcan de Buccanie... Ou sur la flamme rousse s'agitant plus loin sur la route. Un habitant des parages ? Peut-être l'occasion de se renseigner sur la présence de Boumata dans les environs ? Dans le doute, tu hausses les épaules avant que tes pairs n'accompagnent ton pas leste et insouciant en direction de cette scintillante silhouette.

"Excusez-moi ?", trouvais-tu simplement à répliquer en t'approchant de cette jeune femme.

Le périple d'un temps reprend son cours, en commençant par une intrigante rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 563
Points : 705
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Mer 20 Juin - 22:49
A la croisée

des sentiers
✖️

Duncan



Saphir (Okéoké), Rousillon (Démolosse), Juby (Pachirisu)

L'allure éthéré, suspendu dans un gracile éther à en faire pâlir l'Alizée et ses caresses, une fée au pas blanc s'était arrachée aux ténèbres et leur conforts pour goutter aux lueurs d'un jour qu'elle avait tant fuit depuis le départ de Bourg Cadrant. Alors, ce fut animé d'une hésitation certaine que le diaphane de sa peau s'était tendu en direction d'un épais feuillage venu draper son campement, cherchant à cueillir au creux de ses mains nuancé par endroit d' hématomes azur, améthyste et rose l'évanescente lueur qui courrait sur son épiderme. Ses grande iris, abysses aux milles et un trésors avaient alors retrouvé une certaine quiétude lorsqu'elles s'accrochèrent aux plumages de quelques goélises venu fendre les cieux dans un cris perçant et, l'espace d'un instant, la rousse tenu là se surprit à envier leur ascension céleste. Un triste sourire au bout de ses lèvres autrefois si charmantes. Par réflexe sans doute, sa langue était venu glisser sur cette peau difficilement cicatrisée, se heurtant à un grondement douloureux et frustré qui trouva bien vite écho entre les canines de son démolosse couché là, luttant contre les bandages qui corsetait son poitrail balafré. Ce fut d'un geste las qu'elle lui intima une tranquillité qu'elle peinait elle même à feindre au vu de son état et finit, saisit par le regard infernal de cette âme jumelle à la sienne, par se laisser choir contre son ventre. La douleur lacérait ses flancs, la gueule fermement ancré autour de ses viscères pour les tirer à elle lorsque Vanya, divine maîtresse coordinatrice, osait esquisser le moindre geste. Ainsi glapis t-elle comme pour contenir cette vive douleur qui la traversait lorsque, dans un sursaut de détermination, la rousse vint tirer à elle son matériel de coordination. La prochaine fois elle accepterait les soins hospitaliers, quoi que lui hurle Fierté et Panique.  

Ainsi avait-elle reprit son ouvrage dans un bref soupir, tirant de son sac un énième vêtement à la grise mine pour le recoudre et lui rendre un semblant de splendeur. C'était l'échange effectué avec ce vieux couple de Port Flibot, un toit et un repas contre quelques services rendu. La couture en faisait partit. Bon, il fallait avouer que la coordinatrice avait accueillit cet échange d'un œil plus que méfiant mais ses airs de chien abandonné, malmené par ses errances belliqueuses et nocturnes avait attiré la pitié de ce vieux pêcheur à la pipe fumante alors, si elle avait décliné l'offre lors de la première nuit, un semblant de grondement au bout des lèvres, la fierté n'avait su la maintenir debout le second soir. Ainsi avait-elle confronté ses grands yeux bleu, un peu perdu, à celui de ce couple qui l'hébergeait depuis maintenant une bonne semaine, complu dans la rassurante aura que dégageait leurs murs pour y trouver un repos des plus bienfaiteur. Les premières nuits avaient portés en leur sein sursaut et frayeurs infondées mais tout doucement Luke et Eva s'étaient imposés comme des figures rassurantes alors, si Vanya apposait toujours un regard suppliant à Luke lorsque l'heure du repas s'offrait à eux parce qu'il fallait l'avouer, Eva avait développé des talents culinaires incompris et qui n'appartenait décidément pas aux lois de ce monde, c'était toujours un air tranquille au bout de l'oeil qu'elle s'engouffrait au creux de leur demeure pour fuir l'appel de la rue à la nuit tombée. Alors elle se laissait doucement happer par les récits de ce vieux marin tandis que ses mains reprenaient son œuvre autour des vêtements offerts à ses soins, perdant de temps à autre son fredonnement aérien au son de ces récits légendaires conté et ce, pour leur accorder cet air antique qui drapait toute bonne épopée. Il fallait croire que les natifs de Port Pauplie était connu pour avoir le chant facile.

Brusquement piquée par une aiguille distraite, la coordinatrice s'était vu arrachée à ses songes pour un retour à la réalité qui lui arracha une bien étrange moue. La couture lui manquait. Pas celle qui se contentait de camoufler quelques accrocs mais bien celle qui la poussait à la réalisation de grandiloquentes tenues de concours, d'accessoires insolites pour parer ses airs de diva emprunt aux plus Grand. Celle qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Plus encore, le manque de cet Art, de cette coordination tant chérie avait créé un vide douloureux tout contre le cœur de la rousse, la poussant parfois à cet atroce pincement qui hurlait son désir de retour à la capitale lorsque, mélancoliquement, ses cils se tournait vers ses rubans. Puis venait ce regain de lucidité, cet appel viscéral qui l'avait contrainte à cet exil temporaire, à cette course à l'expérience pour assouvir l'appel d'une vengeance qu'elle savait irraisonnée et pourtant nécessaire. Ses mains avaient alors délaissé la couture pour glisser le long de sa gorge violacée, soulevant au passage l'étrange anneau trouvé sur le site de fouille et ce, comme pour délier cette tension qui l'empêchait de déglutir correctement. Son regard se tourna alors en direction du démolosse endormi tout contre ses cuisses pour lui apposer un doux baisé sur le crâne et ainsi l'arracher au baisé de Cresselia.

Je rentre, tu me suis ? glissa t-elle à mi-mot tout en laissant aller ses doigts contre les muscles noués de ce titan à l'allure imposante. Doucement, tout doucement la belle vint alors s'activer autour de ce campement de fortune qui avait été le sien depuis l'aube, enfermant avec le plus grand soin les quelques affaires déballé pour finalement refermer ses fébrile doigts autour d'une bien étrange poupée. Humanoïde, la créature tenait pourtant plus du cauchemars que de ces super héro enfantin venu préserver le sommeil de leurs protégé derrière quelques noms aux douces consonances. Cette peluche ci, d'un gris anthracite rehaussé par quelques touches de couleurs apportés par un collier fait de tesson de verre polie et par les deux grands boutons verts qui lui servait de regard, semblait issue tout droit d'un film d'horreur et pourtant, ce fut d'un mouvement emplit de douceur que Vanya l'enferma dans ses bras, la présentant un instant au flair de Rousillon pour finalement la garder tout contre sa poitrine. Quelques mots issue d'une langue arrachée aux contrées du Nord, écorchée par les âges et le regard parfois acerbe que l'on pouvait lui porter fut alors dispensé sur le ton de la confidence et, ce fut guidé par le murmure des arbres et le chant du vent que la rousse reprit sa route en direction de Port Flibot. Cependant, est-ce ce cri de Bekipan ou celui de l'instinct qui rappela la coordinatrice sur ses pas ? Qui sait. Peut être les aléas scénaristiques d'une narratrice en manque de sommeil au final. Quoi qu'il en soit la divine créature aux boucles de feu avait esquissé ce petit détour lorsqu'un éclat attira son attention à l'ombre des broussailles et ce fut en sa qualité de véritable Cornèbre avide et avare qu'elle finit par s'accroupir tout près de lui et repousser les herbes hautes. Mouais. De l’aluminium. Forcément. Et, prise entre quelques malédiction mentale proféré à l'encontre de ces gens qui lui procurait de fausse joie quant à la découverte éventuelle de trésor, la coordinatrice fut agité d'un sursaut lorsqu'une voix s'apposa sur ses épaules. Mmmh ? Moui ? Je peux vous aider ? avait-elle lâché alors que son regard se laissait allé au détail de cet inconnu. Un touriste ? Un jeune dresseur ? Un natif de Port Flibot ? Difficile à déterminer au premier coup d'oeil il fallait l'avouer alors, doucement, le voile de ces cils vint s'abattre sur le coupenotte  qui l'accompagnait puis, tranquillement, s'accrocha au Kirlia chromatique qui concluait cette l'équipe. Son intense regard abyssal s'était rapidement vu appuyée par le grondement quasis habituel qui précédait le pas impérieux du colosse jais et feu qui partageait sa vie, dévoilant sans grand mal une rangée de crocs aussi acérés que belliqueux. Imposant, les muscles saillants et la peau balafré de part en part, son langage corporel arguait sans grand mal les méfiances qui animait son âme et se voyait sans grand mal sublimé par un port de tête arraché aux plus grands conquérants de Rigel alors, tout doucement, la main diaphane de Vanya trouva place sur son dos comme pour lui intimer une tranquillité qui ne lui sied pourtant pas et, ce fut dans un souffle guidé par l'exotisme de sa langue natale qu'elle parvint à éconduire son antipathie légendaire.   Nous nous sommes brièvement vu lors du Bal de Cousterain n'est-ce pas ? avait -elle alors reprit sans pour autant détacher son regard des muscles du démolosse assis à ses cotés, les caressants des doigts avec une délicatesse telle qu'il semblait inconcevable que cette minuscule femme puisse être la dresseuse de ce monstre cauchemardesque à la gueule effroyable.
Code by AMIANTE


Hs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 268
Points : 1155
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 18
Data

Feuille de personnage
× Team: Ascalon (Coupenotte) ♂, Belle (Kirlia) ♀, Méridia (Tylton) ♀, Harkon (Ptyranidur) ♂, Alioth (Solochi) ♂, Roshi (Boumata) ♂
× Bonus: + d'XP contre les Dresseurs

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Jeu 21 Juin - 15:38

Fort d'une conviction retrouvée, ton cœur instigué de bravoure guide tes foulées par battements excités. Enfin tu retrouves l'air de l'Intrépide; le souffle haletant d'un vent reconnaissable, et qui t'a percé au milieu de tous les aventuriers lancés à corps perdu dans l'inconnu. Cette brise féroce et pourtant miséricordieuse venue caresser ton échine, effleurer ton âme sensible à chaque pulsion de ton entourage. Le pas des pressés se fait claquant, lourd et vif à la fois; le rythme de la vie paisible n'est dès lors plus de ce monde. Ici et là, à peine engagé sur le Sentier 3, on observe la fougue de la jeunesse et la témérité des plus expérimentés. On se lance, on se perd, on ne revient pas de son périple avant d'avoir prouvé sa suprématie.

Ta démarche est éreintée. Tu fabules devant la vigueur mise au service de leurs desseins. Tu en viens même à te surprendre envieux, mais jamais tu ne laisserais cet étau t'étreindre assez pour que ce désir devienne jalousie. Au lieu de ça, tu préfères sourire ouvertement, d'un éclat qui murmure "Bientôt, je serai comme eux." L'astre de Solgaleo pointe au paroxysme de sa prestance, galvanisant terre, ciel et mer de par son ébloussante grandeur, comme s'il venait bénir le voyage de tout un chacun à sa propre façon. Sillonnant la route tracée par les mille et un pas des autres vagabonds, les forces de la nature orchestrent un concert d'entrain en ton honneur. Hors de question de s'éclipser, cette fois-ci.

Vous rejoigniez donc cette flamme aux mèches criardes, interpelée par un appel aussi mondain que le tien. Ce que tu as manqué d'apercevoir, c'est son garde du corps aux muscles de charbon et à l'armature salie. Le plat ventre cramoisi couvert de ce qui s'apparente à un amas de bandages rafistolés, le museau froncé au possible dévoilant des rangées de massifs acérés clinquants à l'étranger que tu incarnes. Un instant, ton pas faiblit, trop convaincu de ce que ce Démolosse serait capable de faire s'il venait à porter la sanction que son jugement vous fait encourir. Il n'y avait pourtant qu'une maigre lancée à accomplir pour créer une promiscuité avec la jeune femme, et tu osais te demander dans toute l'impudence que ta curiosité comporte pourquoi est-ce qu'il n'a pas choisi de vous attaquer plutôt que de protéger ses positions.

Probablement parce que ladite jeune femme; maintenant que tu t'étais rapproché, il était naturel que tu décèles la véracité des courbes entrevues plus tôt; semblait avoir un contrôle harmonieux sur la furie canine. La réaction avant-gardiste du chien infernal vous met peut-être à l'arrêt, mais elle force chez toi un sourire étrange. Nerveux, peut-être, mais il se distingue par le soupçon d'engouement qui s'y fait sentir malgré la tension qui fut palpable un instant. En ployant le genou face au Pokémon Sombre, tu l'enjoins à obtenir toute l'essence de ta personne à travers le solennel regard que tu lui déroge. Pupilles flamboyantes d'audace, tes yeux inspiraient alors ta résolution profonde à laquelle s'enchevêtraient les multiples nuances de bonté qui t'animent au quotidien. Respect, sincérité, admiration et humilité. "On raconte que la douleur provoquée par les flammes d'un Démolosse perdure jusqu'à la fin de notre vie, même après les avoir soignées..."

En contemplant la bête instiguée d'accalmie par sa maîtresse, tu exultais ta joie d'observer de près un tel spécimen sous la forme d'anecdotes diverses et variées, mais qui n'avaient aucune affiliation avec le contexte originel. Tu le savais, toi-même affligé d'un frisson éhonté lorsque tu révises les paroles que tu viens tout juste de prononcer. Était-ce la plus rassurante des informations à délivrer pour entamer une discussion ? Tu t'excuses alors en plissant une moue gentille et affublée de gêne, en remontant une œillade innocente à l'égard de la demoiselle. Si ton échine était alors dorlotée par les caresses d'une main perplexe, celle-ci se retrouve pincée de surprise et d'une circonspection redondante. Tu avais absolument fait fi des bandages que supporte le Démolosse, et voici que le teint laiteux de la carmine présente des nuances brutales à n'en point douter...

Sa peau devait être d'un immaculé pur, le genre qui signe sa chair si facilement au moindre contact. Le geste qu'elle élança lestement vers son Pokémon finit par ruiner sa façade. Sa main, puis le peu de bras que tu aperçus se teintaient d'une palette qu'aucun peintre n'utiliserait pour exprimer joie, paix ou amour. Des tâches empourprées, noircies par le temps et qui s'étalent sinueusement. Du bleu abyssal au mauve le plus obscur; la pauvre était marquée au fer de la violence. Des hématomes la parcouraient. En corrélation avec l'état de son animal, il n'a pas fallu plus longtemps pour que tu te prennes d'empathie à son égard. Le fond de ton regard atténua l'ardeur de ta sympathie et se couvrit d'un rideau d'inquiétude; le reste de ton visage suivit ce sentiment à la lettre, chacun de tes attraits dégageant une modeste désolation. Pour autant, elle ne te laissa pas un instant pour répliquer armé de cet attribut de compassion.

Ses paroles firent écho à ta mémoire, vrombissant de plus belle à l'appel du passé. Le bal de Cousterain... ? Le jour de ton départ. Au moins, tu n'avais pas à calibrer les paramètres de ton faciès pour sembler sur le point de t'excuser. Tu regrettes d'avoir gâché un si beau moment. Tu te souviens du concours, de l'excentricité des uns et de la ferveur à la tâche des autres. L'esprit d'équipe, de compétition, sans tous leurs mauvais côtés... C'était un jour des plus radieux. Tu opines lentement, entravé par la honte d'avoir quitté Rigel à un instant aussi propice aux rêves les plus tendres, et tu rétorques avec un timbre de voix qui en dit long sur le pardon que tu cherches et l'ignorance qui en est la cause. "Je... Oui, j'y étais. J'ai participé aux jeux, la course en sac et le concours de cuisine aussi... Puis, je suis rapidement passé au bal. Mais... Je ne suis pas resté longtemps, à dire vrai. Je... Je devrais vous reconnaître ? Excusez-moi, vraiment, c'est à peine si je me souviens ce que j'ai mangé hier, vous savez..."

Un sourire forcé et le minois gentillet; tu n'arrivais pas à mentir. Tu pensais malgré tout qu'au moins par courtoisie, il fallait rester aimable. Cet air abattu, le ton désolé... Tu ne sais même pas pourquoi tu cherchais à t'excuser auprès d'une inconnue. La malheureuse doit se dire qu'elle est tombée sur un drôle de numéro. Ou un dépressif. Ou les deux. Mais rien de tout cela ne ne te permet d'effacer l'émoi que tu as pour son alarmante situation. Alors tu brises le pesant silence qui manque de s'immiscer par un éclat de rire léger, crédible de par la franchise que tu y insuffles. "Je m'appelle Duncan Karlaan, enchanté. En fait, je cherche des personnes qui pourraient m'informer sur les Pokémons qui vivent ici. Mais, ce n'est pas le plus important... Vous êtes sûre que vous allez bien ?"

Ascalon s'affairait déjà à engager la communication avec le Démolosse, de son bon vivant et d'un entrain qu'on ne peut lui ôter. Belle, figée de peur depuis la manifestation du monstre canin, s'est réfugiée derrière tes gambettes depuis le départ et n'y bougeait pas jusqu'à sentir par son psyché la force de tes doutes. Alors elle s'est ravisée, et penche un iris soucieux pour la belle qui vous fait face.

Qu'importe l'Inconnu, qu'importe l'Intrépide. Pour ton prochain, tu mettras tes ambitions de côté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 563
Points : 705
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Dim 24 Juin - 18:05
A la croisée

des sentiers
✖️

Duncan



Saphir (Okéoké), Rousillon (Démolosse), Juby (Pachirisu)

Les épaules soumises au tremblement de l'épiderme, Vanya avait abattu ses longs cils noirs sur l'étrange trio qui lui faisait face pour éclore en un premier soubresaut qui, s'il se fit tout d'abord discret, éclata bien vite en un rire irrépressible et cristallin dont jalousait presque l'écho de l'océan tenu au loin. Alors, ce fut d'un geste gracile qu'elle balaya d'un revers de poignet les larmes naissantes aux portes son regard avant de, tout doucement, reprendre cet appel des zygomatiques sans grand mal. Ses lèvres cherchèrent alors à un instant à souffler quelques polies excuses mais elles venaient régulièrement choir aux coins de ses lèvres tandis que sa main directrice trouvait place tout contre son diaphragme douloureux. Le rire avait été sincère, premier éclat véritable depuis plus d'une semaine. Ainsi la maîtresse coordinatrice, divine Vanya avait-elle esquissé une douce révérence à l'encontre de ses interlocuteurs pour leur accorder ce tendre sourire dont elle avait le secret. Sa main trouva place tout contre le dos de Rousillon comme pour l'inviter à trouver place parmi les hautes herbe et, si elle vint doucement gratouiller ses muscles afin de les délier, ce fut d'une main tranquille qu'elle vint doucement tendre ses doigts vers le Kirlia qu'elle devinait apeurée pour lui souffler un simple et doux « Il est moins grincheux qu'il n'en a l'air, n'est-ce pas ma peluche ? » Un jappement pour toute défense, ce géant au souffle ardant avait finit par se laisser choir contre la terre dans un grondement bref mais las. Son repas n'était vraisemblablement pas pour tout de suite. Sa queue vint fendre un instant l'air comme pour chasser l'approche du Coupenotte mais, bien vite, il cessa toute hostilité au profit d'un œil plus attentif. Ainsi analysait-il l'allure de cette petite créature trop hardie à son goût tandis que sa dresseuse venait doucement fouiner au cœur de son large sac pour en extirper cette petite boite en bois sculpté et offrir son contenu au Kirlia et son compagnon pokemon. « Je ne fais plus de poffin amers mais si la tentation vous pique, n'hésitez pas à vous servir. Rousi' préfère décidément la viande à mes pâtisseries alors n'hésitez pas à vous servir»  Fit-elle tout en redressant son échine douloureuse en direction du dénommé Karlaan. Les abysses qui composaient son regard vint alors longuement s'attarder sur son allure, écartant sans grand mal l'hypothèse d'un coordinateur pour se focaliser sur un aspect peut être plus sportif de la quête pokemon ? Ranger en permission ? Le nombre de pokemon possédé pourrait le confirmer mais c'était sur la discipline de Nero que l'esprit de la coordinatrice avait pointé. Un dresseur donc ? Un fin sourire vint doucement s'instaurer au coin de ses lèvres alors que sa main gauche venait se saisir des deux pokeballs suspendu à sa ceinture pour les suspendre en un lancé éthéré aux rayons solaires et leurs éclatantes lueurs. Là, prise entre le jeu des lumières et l'azur insondable des cieux, les sphères rouge et nacre vinrent libérer un Pachirisu rose et un minuscule Okéoké, tout juste sortit de l'oeuf semblait-il. Le pachirisu aux airs trop vif trouva bien rapidement place à terre, atterrissant dans un mouvement aussi souple qu'euphorique auprès du dragon qui s'était approcher du démolosse. Le minuscule Okéoké lui, n'eut pas le temps de chuter que déjà Vanya l'enferma dans une douce étreinte dont il accueillit l'approche dans un petit cri avant de se focaliser sur les poffins à terre. Petit ventre sur patte va ! Ainsi trouva t-il place auprès de cette hideuse peluche que tenait déjà la coordinatrice, paré de tessons polie et d'un sourire semblant soudainement moins fixe. Avait-elle toujours eut ce dérangeant sourire en coin ou venait-elle de l'arborer ? Difficile à déterminer car déjà la voix de cette Enchanteresse aux boucles de braise rappelait à elle l'attention, semblable aux sirènes condamnant les palpitations aventureuse des cœurs marins pour les précipiter inexorablement aux détours de quelques écueils.  

« -La douleur traînée par les victimes d'un démolosse ne s'apaise qu'au contact de certain cataplasme mais ne disparaissent effectivement, jamais. Cela rend le travail avec eux, en un sens, plus fascinant encore. »

Le voile de ces longs cil noir s'était alors apposé sur la musculature solide de son partenaire avant de serpenter jusqu'au Pachirisu rose qui explorait avec avidité les environs, la posture hésitante et la truffe au vent. Son dos s'était tout doucement étendu là où pourtant ses postérieurs semblaient se refuser à la moindre mouvance alors, lorsque la longueur se faisait insuffisante, la petite créature venait délier sa nuque pour humer plus loin encore, ramenant ses patte à lui dans un petit bond pour entamer une nouvelle et laborieuse progression.  
« Je me prénomme Vanya, voici Rousillon entama la belle en désignant d'un geste gracile le monstre qui reposait à ses pieds, Juby qui fait connaissance avec ton petit Kirlia et là, c'est Saphir. Ravie de faire votre connaissance à vous trois. Je erre sur ce sentier depuis quelques jours et à part des racailloux et Karaclés... Pas grand chose je ne le craint. Les marins de Port Fliblot ont cependant parlé d'un dragon cracheur de feu mais je n'ai pas aperçu la moindre flamme depuis que j'ai mit les pieds ici. Enfin, tout dracologue rigélois sait que si on veut un dragon, c'est aux Falaises hurlantes qu'il faut aller. Aucun dragon ne se promène sur ces sentiers... »

La jolie rousse avait alors doucement laissé son minuscule Okéoké se joindre aux hautes herbes pour entamer une course folle en direction de Rousillon qui, s'il l'accueillit un grondement sinistre au bout des crocs, se confronta bien vite à la hardiesse quasis suicidaire de ce bébé pokemon alors, s'il fit claquer sa queue à la manière d'un fouet afin de tenir ce fauve loin de lui, la fuite sembla s'incarner véritablement comme le meilleur moyen de préserver sa tranquillité. Un bâillement aux babines, il avait donc entamé une retraite stratégique au loin, sous le sourire en coin de sa dresseuse. Néanmoins, il sembla difficile à cette dernière d'occulté ce regard inquiet qui courrait sur les sinueux affres belliqueux qui sanctionnait son charme autrefois enivrant alors, si elle esquissa quelques pas avant de draper ses épaules et bras d'un long voile noir, ce fut son sourire bienveillant qui chercha à taire la lueur inquiète qui lui faisait face. Pas un mot, seule la posture gracieuse et pourtant sauvage de la rousse jouaient de finesse pour rétablir cette aura qui la drapait en temps normal, balayant les stigmates au profit de cet air partagé avec les pokemons les plus sauvages de l'archipel. Elle était forte et ses intenses iris le criait haut et fort.

« Je manque d'un matelas confortable pour veiller mes songes, mais le sourire est là. Par contre je me dois de te retourner la question, tes airs malhabiles ne sont pas du plus bel effets. Tout vas bien, jeune dresseur ? »

Bien ! Comment esquiver une question délicate avec la grâce d'une reine. C'est que tu retrouvais un semblant de sociabilité Vanya. Par contre lâche cette poupée, elle est vraiment trop effrayante pour t'accorder des bonus sympathie.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 268
Points : 1155
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 18
Data

Feuille de personnage
× Team: Ascalon (Coupenotte) ♂, Belle (Kirlia) ♀, Méridia (Tylton) ♀, Harkon (Ptyranidur) ♂, Alioth (Solochi) ♂, Roshi (Boumata) ♂
× Bonus: + d'XP contre les Dresseurs

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Lun 25 Juin - 14:29

Présomption et bienveillance étaient à l'ordre du jour. Lorsque tes lèvres articulent l'empathie que tu as à son égard à la vue de son pugnace apparat d'hématomes et contusions aux couleurs d'automne, celle-ci se garde avant tout de te répondre et fulmine de joie lorsque survient son rire larmoyant. L'étrangère pleurait presque de bon train tant tes paroles semblaient l'amuser. Ton cœur s'en serait serré s'il n'y était pas décelé une sincérité digne de ces éclats de joie qu'on manifeste si rarement. Alors tu n'es ni blessé, ni rancunier. Peut-être même est-ce l'effet inverse; tu te fends d'un plus honnête sourire, penaud devant pareille réaction mais contraint d'admettre que son engouement est communicatif. Tu hausses enfin les épaules, pour toute réponse, et inclines ton minois sur le côté en relevant un sourcil bohème.

Consciente de l'impression qu'elle est susceptible d'octroyer, la rouquine fait des bras et des jambes malgré sa déplorable condition pour te rassurer. Sa digne courbette le confirme, elle ne te tint pas mauvaisement rigueur de ton approche; c'était peut-être un bien nécessaire afin qu'elle puisse se délester d'un poids trop lourd pour ses épaules battues aux atours trop raffinés pour en conclure qu'elle est originaire des environs. Perle écarlate dont l'embrasant charme n'a d'égal que les puissantes répliques bucoliques de l'astre diurne, elle était larguée entre quelques lieux-dits dont la réputation ne vantait certainement pas noble ou une riche population. C'est tout du moins ce que ses allures supposent chez toi. Et malgré ça, elle ne te décevra pas.

Alors quand la demoiselle s'affable de courtoisie toute en grâce et en prestance, tu imites son geste sans souffrir d'un mal égal au sien. Ta droite profile harmonieusement au gré du vent avant qu'elle ne s'abatte humblement contre ton plexus solaire et non sans sa légèreté, pour mieux permettre à ta main gauche de tendre vers l'horizon par quelques lestes pirouettes du poignet, afin de ponctuer cet élan par une comique expertise de la révérence, en virtuose de la galanterie que tu es. Les apparences seraient alors toutes trompeuses ? Sous cet acabit de Dresseur en bas rang se cacherait un jeune homme capable de rester conforme à l'étiquette à laquelle il n'appartient pas ? Et l'unique réplique avec laquelle tu conclues cet élan chevaleresque est un rictus tout justifié par la bonté dont il brille.

En te relevant souplement, tu remarques au détour d'un coup d'œil instinctif la ferveur qu'Ascalon investit dans l'imitation de votre échange. Voilà déjà longtemps qu'il a délaissé le Démolosse, compréhensif de son aspiration à la tranquillité, pour rejoindre tes côtés et suivre ta courbe avec une hardiesse à l'œuvre qui te dépasse. Il s'exécute, et une fois encore, et une fois de plus, toujours plus souriant et motivé à parfaire sa salutation, glapissant parfois d'enthousiasme lorsqu'il pense déceler quelque progrès dans sa démarche. Tu écoutes ensuite ce que la demoiselle a à te dire, buvant ses paroles qu'elle semble souhaiter fidèles à sa prestation de femme fatale. À la croisée des regards, tu admettais avec un intime regret avoir du mal à suivre la finesse de ses iris. C'était comme si elle se jouait de toi, mesurant pour la première fois depuis semble-t-il un moment son charme inné et le pouvoir qu'elle lui obtient...

Mais tu n'es pas désarçonné. Tu as eu tout le temps qu'il fallait pour mûrir, gagner en assurance. C'est bien pour cette raison que tu es parti, et qu'aujourd'hui te revoici. Tu affirmes alors une pérennité dans ton expression qu'aucun ne saurait briser, et ta confiance se lit sans l'ombre d'une difficulté à travers ce regard puissant de volonté avec lequel tu accroches la dénommée Vanya. Tu l'observe joyeusement prendre les devants en offrant douceur à Belle par gestes et sucreries, mais celle-ci bien que reconnaissante de l'amabilité de votre interlocutrice, reste de marbre face à la proposition des poffins. Ce qui intéresse le Pokémon Émotion, c'est la rousse et les états d'âme pour lesquels elle s'inquiète. Alors elle ose sonder jusqu'où elle pourra, prenant ton inquiétude maintenant refoulée comme un signe d'approbation à son initiative indiscrète.

C'est alors Ascalon qui ne laisse souffler personne et vient se servir dans la nourriture qui lui est proposée, curieux de goûter une autre cuisine que la tienne. Non pas qu'elle est mauvaise; c'est après tout grâce à elle que tu avais gagné le concours de Cousterain; mais peut-être redondante ? Le Coupenotte cendré gémit de contentement en retournant des pupilles en extase dès lors que ses papilles sont en effervescence, mais il semble se préserver et laisse assez de bouchées pour que les autres puissent s'en suffire. Au lieu de quoi, il court après l'un des nouveaux arrivants; le fameux Juby avec lequel il part en exploration, le conviant à haute voix et en cabrioles rocambolesques pour s'engouffrer plus loin dans les hautes herbes. Quand alors les acteurs les plus fougueux de la scène s'éclipsent, la Kirlia azurée quitte son refuge pour affronter Vanya de face, mains jointes et tête basse malgré un regard adorablement timide levé en sa direction.

Tu écoutais alors tout ce que la belle avait à raconter. Elle commença par surenchérir sur tes premiers dires, contant les vertus apaisantes d'un onguens pour les brûlures qu'un Démolosse peut infliger, avant qu'elle ne se présente. Elle finit par se présenter, elle et ses compagnons de route avant de t'expliquer la situation. L'intrigue que tu vouais aux environs s'estompe tristement, mais elle se renouvelle pour une autre aventure lorsqu'on t'annonce une de tes prochaines destinations ainsi que la légende d'un cracheur de feu draconique... Tu y réfléchis pourtant, et tu avoues avoir du mal à identifier quel Dragon serait caractérisé par ça. Peut-être ont-ils aperçus un Dracaufeu; auquel cas, tu serais infiniment déçu. Ainsi, tu répliques avant toute chose par un bref soupir en guise de remerciement, avant que tu ne prennes parole par un timbre taquin lorsque la demoiselle se plie majestueusement au contournement de tes plus sincères interrogations.

"Tant que les gens autour de moi vont bien, je n'ai pas de raison d'aller mal. Si vous souriez, je vais sourire aussi, alors;" déclares-tu en t'exécutant de ce pas. Elle t'avait répondu, et la conséquence étant que vous n'aviez plus réel intérêt à prolonger cette discussion, il te fallait trouver une excuse pour rester veiller sur elle. Non, il était décidément hors de question d'abandonner quelqu'un dans ses heures les plus douloureuses. Quoique tu t'avances peut-être trop... Tu en deviens confus, tu t'embrouilles toi-même sans savoir si tu juges bon ou si tu t'emballes pour un rien ! Vite, restreins-toi à l'essentiel. Trouve quelque chose. Ses deux derniers Pokémons pourraient faire un bon échauffement, tu ne penses pas ? Pour Ascalon et Belle. Depuis le temps, il faudra bien vous y remettre. Tu acquiesces dans le vent à tes sottes idées, avant de lui décocher quelques mots mieux pesés. "Vous m'avez vu à Cousterain, vous dîtes... ? Vous participiez aux épreuves ? Au bal ? Je me serais souvenu de vous, si je vous y avais croisé... Mais il fallait bien dire que je n'y ai pas fait long feu. Parlez-moi un peu de vous, s'il vous plaît. Je veux me souvenir !"

C'est à défaut d'avoir les meilleurs moyens qu'on fait l'expérience de l'improvisation... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 563
Points : 705
Date d'inscription : 06/03/2017
Data

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~ Jeu 19 Juil - 1:06
A la croisée

des sentiers
✖️

Duncan



Saphir (Okéoké), Rousillon (Démolosse), Juby (Pachirisu)

Un grondement sourd au bout des crocs, Rousillon avait brusquement arqué ses muscles pour arborer cette posture belliqueuse qui sanctionna presque aussitôt la mention du bal  qu'il exécrait tant. Pas que le terme portait en lui-même une allure désagréable, le colosse avait subit sans grande contrainte quelque un de ses homologues pour les doux battements de cils de sa dresseuse, mais celui de Cousterain gardait en son sein des affres aussi abominables que purulents, régit par la haine et nécrosé jusqu'aux viscères. Alors les réminiscences de ce supplice avaient finit par doucement s'estomper lorsque le regard de Vanya s'apposa sur ses crocs mis à nu pour y déposer, là, sans un mot, le voile de sa douceur. Tout était fini et jouer de fiel ne leur porterait aujourd'hui que préjudice alors, si ce titan infernal sembla hésiter un instant, jaugeant avec attention l'équipe adverse, il finit par se laisser aller contre les herbes hautes dans un ronflement presque las, éconduit par ces simples iris marine, abyssal. Qui sait les monstres et légendes avaient-elles pu ainsi engloutir ? Alors et comme pour abattre le rideau sur ce soubresaut de violence, cette nymphe à la peau diaphane, à la  chevelure de feu avait reporté son attention sur ces poffins que dévoraient avec avidité le dragon suspendu à sa boîte. Un fin sourire s'était alors dessiné sur ces lèvres malmenées pour prendre une allure plus amère lorsque le brun entama la conversation. « Je suis membre du conseil rigelois, représentante de la lignée coordinatrice qui bat en ses veines. Je vêt le rôle de gardienne de cette archipel lorsque je ne sanctionne pas à coup de flamme les dérives de nos champions, tentant d'aiguiller les lois vers un monde plus juste, d'éclairer au mieux nos plus jeunes dresseurs pour les mener à bon port. Ca c'est dans le principe et comme tu peux le voir, dans la pratique je erre sur les sentiers d'anciennes villes pirates, effrayant l'empathie des plus jeunes pour les conduire à ces regards inquiets que tu me jette en ce moment même. Cesses d'affoler ton cœur à coup de panique, je ne m'écroulerai pas sous l'Heure. »  Sa voix avait esquissé une certaine envolée, arborant au mieux un semblant de légèreté pour chercher à piquer l'humour d'une bien malhabile caresse mais au final, ce traître regard avait reprit cette lueur fauve, celle qu'arborait les Carchacrok issue du désert de Kath, celles qui hurlait tout crocs dehors une irrépressible insoumission face à l'adversité. Elle était forte cette furie rousse, l'entièreté de son corps brisé par les coups le hurlait. Et si les ecchymoses jouaient de nébuleuse sur le nacre de sa peau, si son pas éthéré semblait plus lourd à porter, cette fée aux doigts blancs retrouverait bien vite sa qualité de muse, bercée par le voile de Cresselia lorsque les démons guetterait ses nuits. Elle le savait, elle s'en remettrait. Comme toujours.

Alors, lorsque les iris de ce jeune homme lui renvoyèrent le spectre qu'elle était devenue, un frisson aussi effroyable qu'impérieux secoua chacun de ses muscles pour frapper l'âme. Arceus, qu'elle haïssait que l'on pose pareil regard sur sa peau... Etait-elle trop faible pour progresser seule ? Réminiscence d'une éducation Nawra, cris de l'orgueil aussi sincère que farouche, les traits de son visages s'étaient un instant durcis avant de finalement se voir balayer par la brise. Le regard du Kirlia tenu là, presque intrusif, semblait l'avoir un instant percée jusqu'à l'âme alors, réflexe ou acte purement réfléchi, la maîtresse coordinatrice avait longuement étiré ses muscles endolori pour mener son pas jusqu'à Saphir et la capturer dans une douce étreinte voué vraisemblablement plus à apaiser son propre cœur que rassurer celui du bébé pokemon.
Ainsi, campé non loin de son démolosse au regard attentif, rapidement rejoint par un pachirisu rose et surexcité, Vanya avait plongé son nez tout contre la peau du Okéoké afin d'en humer le parfum si particulier, ressassant les épreuves de Cousterain et ce fichu bal qui avait profondément ébranlé ses positions au sein du conseil. Ca, et la confiance aveugle qu'elle avait pu placer entre les mains du champion de type dragon, celle qu'elle avait également placé en le conseil.  
« Si les noms de la coordination ne te dit rien, celui d'Alex Ception t'interpellera peut être plus. C'est notre champion dracologue, grand, blond, un charme enivrant et une puissance colossale. C'est grossièrement à ses côtés, et ceux du conseil, que j'ai reposé lors du bal. Cependant, et si tu veux mon humble avis, la compagnie du clan Lester ou celle de Charlito est vraisemblablement plus amusante. Haha. En espérant que l'an prochain porte plus de quiétude à Cousterain. Et toi dis moi, jeune dresseur, que fais tu sur ce sentier ? Perdu, quête de puissance ? »

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Data

À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~

MessageSujet: Re: À la croisée des Sentiers - Ft. Vanya Nawra ~
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Angie, adorable croisée caniche/terrier - ADOPTEE
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Cosmos :: ❝ L'Île Buccanie :: × Port Flibot :: × Sentier 3-