AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 9
Points : 50
Date d'inscription : 13/07/2018
Data

psych me out ;; adonis

MessageSujet: psych me out ;; adonis Ven 13 Juil - 23:30

adonis corbière
oh dear, you're a fool

Pseudo × Cucurbita MAXIMA
Âge × Si vieux
Pays × Insolourdie
Avatar × Aizawa Shōta - BNHA
Petit mot × #aesthetic
Code du règlement ×
Anecdotes
× Tu es achromate, ce qui veut dire qu'en plus de ne voir qu'à la façon d'un téléviseur des années 30, t'as une vue franchement dégueulasse
× Pour autant on te voit très peu porter des lunettes autres que les solaires, tu te demandes même si un Cornèbre ne te les a pas piqué
× Tu aimes les brioches fourrées et ça tient plus du péché que du mignon quand t'en gardes la moitié dans ta barbe
× D'ailleurs t'as jamais su te raser et tu pisses le sang comme jaja quand tu daignes t'y mettre
× Ça arrive que tu campes dans la Forêt Blanche pour effrayer un ou deux merdeux quand ton moral n'est pas au top
× Les jeux de société avec les enfants ne te dérangent pas, par contre avec les adolescents et les adultes tu es nettement plus violent
× Tes enfants ont fait une pétition pour que tu arrêtes de porter des kilts, ils travaillent sur celle pour bannir les crocs
× Parfois tu te brosses les cheveux avec la brosse pour pokémon, par flemme de chercher ton peigne
× Au petit-déjeuner, t'alternes entre le rhum et le caprisun, c'est un peu la déchéance

YOU



Nom × Corbière
Prénoms × Adonis 'Asfodelo'
Âge × Trentenaire
Originaire de × Inconnu
Groupe × Champion
Bonus × Aucun
Starter × Mentali
Equipe
× Gallame
× Métalosse
× Flagadoss
× Kadabra
× Balbuto
× Mime Jr

Roigada - Teddiursa - Melo - Mentali
THEM
Caractère
Ne prenons pas de pincettes Adonis, tu es un cas. Ah oui monsieur, tu peux prendre des grands airs et penser que le temps t’as assagit mais que neni ! Certes, tu as mûrit et reste la même personne qui parle la plupart du temps doucement et jamais trop, préférant laisser la parole à autrui en répondant à la discussion par des œillades, des hochements de tête et quelques fins sourires. Les bavards apprécieront ce qu’ils considèrent être une oreille attentive, dont la politesse et le calme offrent une certaine aisance. Tu es, en somme, propice aux confidences bien qu’elles fassent ressortir ton vieux con intérieur. On en parle d’ailleurs, de ce trait de caractère ? Ce n’est pas un cadeau que le temps t’as fait. T’es de ces adultes qui gueulent des leçons de vie en espérant que les jeunes écoutent et ne fassent pas les mêmes conneries mais qui au final, les stimulent à les faire et puissance dix. Tu aimes l’ordre et bien que l’anarchie ait longtemps rythmé tes nuits, ton rôle de champion te sert à faire un peu trop à faire le flic. Mais tu t’énerves souvent pour faire genre, t’es devenu tout doux et les petits merdeux tu les récupères chez toi et tu les forces à extérioriser autour d’une tasse de thé.

T’as comme un sentiment de dette qui pèse sur toi, un qui te force à être une bonne personne pour Meora et les Rigelois. Dans cette course au rachat, tu t’es ouvert au monde. Il te fait toujours un peu peur, peut-être parce que maintenant t’es tout seul mais lentement tu t’y fais. Personne ne remplacera la famille que tu as abandonné, les amis que tu as oublié et les pokémons que tu as perdu mais tu peux prétendre le soir dans ton lit que tu n’es pas le même qu’avant et que ça, c’est suffisant pour avancer. Tu n’es pas aussi fort et tu as la décence, voir peut-être même la pudeur de te cacher, quand les étoiles te rappellent qu’un jour tu étais nommé comme l’une d’elles.

Qu’est-ce qu’on peut dire de toi au final ? Tu frustres et tu saoules justement parce que tu n’aimes pas parler de ta personne. Ce n’est pas égocentrique tu sais, t’es une figure publique, sois un plus franc ! T’es pire qu’un adolescent bon sang. On doit attendre que tu aies tes moments pour te dévoiler et oh, il ne faut pas te brusquer. C’est pas pour être méchant Adonis mais les gens autour de toi, ils commencent à s’inquiéter. Ils parlent tout bas vu que toi tu parles pas. Tu penses qu’avec ta petite vie bien rangée t’as rien à te reprocher ? Regarde-toi. Y’a la quarantaine qui approche et tu l’acceptes déjà. Tu devais reprendre ta vie en main, la recommencer et au final, c’est comme si tu l’abandonnais déjà. T’as pas besoin de t’effacer pour que la prochaine génération puisse briller, tu peux les accompagner sans t’oublier.

T’es humain, Adonis. T’es un vieux bougre compatissant, un gros con avec le cœur sur la main, un déprimé autant en conflit qu’en amour avec la vie. T’es cette figure paternelle qui prend soin de la marmaille de La Clinique, qui soigne les bobos, raconte des blagues nulles et tartine les gaufres pour tout le monde. T’es ce champion qui s’intéresse beaucoup trop à son challenger, qui suit son avancée et qui lui donne volontiers tout son savoir de façon bordélique et anecdotique mais on sait jamais, ça peut servir ! T’es ce voisin qui a encore oublié de mettre autre chose qu’un pyjama pour aller acheter croissants et pains au chocolat, celui qui est toujours poli et qui se retrouve à aider à déménager l’ami d’un ami. T’es ce pote avec qui on fait toujours des projets de se voir pour boire et qu’on ne voit jamais, enfin si, mais y’a les petits alors à la prochaine. T’es ce chercheur qui est partagé entre les mythes et la science, le réel et le supernaturel. T’es cet ancien éleveur qui malgré toute la peine que leur départ t'a infligé, n’arrivera jamais à se séparer de ces créatures merveilleuses qui t’ont tant épaulé.

Tu n'as rien à te prouver, t'es quelqu’un de bien.

Physique
Je rêve de commencer par-là alors laisse-moi cet honneur : s’appeler Adonis avec ce corps et ce faciès, quelle ironie.

Peut-être est-ce par honte de ce nom qui ne scie pas à ta personne que toi, champion, tu te fais appeler Monsieur Corbière et Monsieur Corbière uniquement chez les dresseurs. Ou bien alors serait-ce pour te vieillir plus ? Car s'il y a bien un trait que tu exagères bonhomme, c'est ta prétendue vieillesse : tu joues incroyablement sur l'âge que l’on donne et ton aspect négligé ne permet malheureusement pas de te rajeunir contre ta volonté. Par exemple tu as souvent le pas lent, légèrement nonchalant et le dos courbé. Ta mauvaise posture est un véritable trompe l’œil car si tu viens à te redresser, tu dévoileras une taille nettement plus imposante que celle d'un petit grand-père que le temps aurait tassé.

Mais revenons sur ton hygiène de vie particulière qui a fini par sculpter ton physique à son image. Adonis tu étais, paraît-il, un ancien champion ou professeur d'une autre région, si débordé qu'il se serait habitué à camper dans son lieu de travail à l'attente de jeunes dresseurs, quitte à se sustenter uniquement de plats déjà préparés, de sandwichs et pots de glace et de ne prendre une douche que lorsque l'odeur des lingettes ne suffirait plus à masquer la sienne, empêchant les dits dresseurs d'entrer chez lui, sous peine de périr olfactivement. Ces "on dit" trouvent une part de vérité dans ton passé et s'il est vrai que tu conserveras toujours ta bedaine née à cette époque, monsieur essaye de manger autrement. Que bien t’en fasse car tu auras toujours un corps dit de lâche, une silhouette imparfaite sur laquelle on pourrait deviner les routes rugueuses d’une campagne que les nombreux passages de la vie auraient creusé.

Et du coup, qu'en est-il de ta morning routine ? Aussi catastrophique que l'on le raconte ? Eh bien, pas tout à fait. Tu as en effet la décence de te laver le corps au moins une fois tous les deux jours ! Pour ce qui en est de tes cheveux, c'est quand ils tiennent seuls en l'air que tu te vois kidnapper par ton Gallame qui te forcera, peu importe où vous êtes et ce que vous faites, à avoir un bon shampoing. Cette chevelure ébène qui de dos te rapproche plus d’une sorcière que d’un viking se voit souvent attachée, encore une fois par les soins de ton compagnon qui trouve son compte dans l’ordre étrange qu’apporte un chignon décoiffé.

Ton charme est donc on ne peut plus rustique, qui ne plaît qu’à ceux qui vantent les beautés de l’ancien. Tu as du vécu qui cerne tes yeux et leur unique cicatrice de violet et marque ta peau des traits de tes joues à ceux de tes mains. Nul doute d’ailleurs que ces grandes mains ont déjà caressé et chérit une autre chair que la leur mais aujourd’hui elles semblent trembler d’une timidité plus juvénile ou d’une consommation excessive de caféine. Restons sur elles tiens, tes mains. Tu les serres sans cesse dans une tentative nerveuse de les calmer, si bien que tes ongles trop longs y peignent des lignées rouges rappelant celles qui pigmentent ta bouche. Car tes lèvres sont tout le temps sèches, gercées et en sang. Oh Adonis, pourrais-tu avoir l’air d’un meilleur amant ?

Pour conclure cher Corbière, tu n’as pas grand-chose pour plaire. Certains apprécient tes mirettes de couleur noisette, les trouvant chaleureuses. Toi tu t’en fiches de la couleur de tes yeux car après tout et à cause de ces derniers, ton monde est en noir et blanc, bercé par des nuances de gris. Achromate, tu dissimules souvent ton regard derrière une paire de lunettes solaires afin de ne pas être gêné par la lumière. Puis, vu que nous ne faisons pas dans la dentelle, tu sens la mort tant qu'on y est. Cette obsession à t'appliquer du gel hydroalcoolique sur les mains afin de les sentir désinfectées, en plus de réveiller la douleur de tes plaies, te confère une odeur d'hôpital. Mais tu as la clinique après tout, ta clinique, être affilié au médical t'est normal. Aussi, quand tu n'abordes pas le combo gagnant du bob, marcel blanc, cardigan marine, caleçon à carreaux rouges et crocs jaunes, tu es vêtu tout bonnement d'une chemise pâle et d'un pantalon en toile, le tout rehaussé par une longue blouse blanche.

Même comme ça, tu gardes tes crocs.

code by Elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Points : 50
Date d'inscription : 13/07/2018
Data

psych me out ;; adonis

MessageSujet: Re: psych me out ;; adonis Ven 13 Juil - 23:32


My story
« Birth is violent and out of that violence is our only chance of rebirth »


Et viens sur mon lit de malade ;
Empêche la mort d'y toucher,
D'emporter cet enfant maussade
Qui ne veut pas s'aller coucher.

Ne pleure donc plus, – je suis bête –
Vois : mon drap n'est pas un linceul...
Je chantais cela pour moi seul...
Le vide chante dans ma tête...


crépuscule ;;

Mamie t’as menti mais si ça peut alléger ta peine, elle était autant dans le déni à son propre sujet. Non ? Tu ne m’écoutes pas ? Tu es têtu comme garçon. C’est dommage t’es encore tout jeune, t’as quoi ? Même pas la vingtaine ? On pourra toujours dire que ce n’est qu’une erreur de jeunesse si tu t’arrêtes là.

Pourquoi tu ne t’arrêtes pas ?

Tu te dis que t’y crois, toi, à ces conneries d’idéaux et cette justice que vous obtiendrez par le fer. Tu te dis que vous avez des preuves, que c’est presque la dernière étape pour en avoir assez pour dévoiler cette mascarade au monde entier et les arrêter. Si vous faites ça bien, ce ne sera plus qu’une question de temps avant qu’on vous prenne réellement au sérieux ! Vous y gagnerez, tout le monde y gagnera sauf cette foutue team. Parce que ton monde est en noir en blanc, y’a les gentils et les méchants.

Les gentils ne gagnent pas toujours.

Vous avez exécuté votre plan, ils ont exécuté l’une des vôtres. Tout s’est passé si vite, trop vite peut-être : vous n’avez vraiment pas été intelligents. Vous, une équipe ? Tu le savais au fond que votre lien était branlant. Mais tu ne voulais pas l’avouer et maintenant tout est foutu. T’étais qu’un gamin qui voulait le bien, t’essayeras de te relever mais tu échoueras lamentablement. Vos soutiens vous tourneront le dos dans un premier temps, dans un second tu voudras recommencer mais tu perdras le peu qu’il te restait et, au final, ce qu’il y avait de plus important.

La Grande Ourse n'est plus.

prémices ;;

T’as enchainé les dépressions même si tu te décidais enfin à être franc avec toi-même, tu saurais que t’en es jamais sorti et que t’es coincé dans la même boucle depuis que t’es parti. Tu bouges beaucoup trop de villes, de régions. T’es autant recherché que fatigué : tu voudrais te livrer mais ce serait cracher sur tous les combats que vous avez mené, tu voudrais te tuer mais ce serait abandonné la seule rescapée de ce qui était autre fois ton équipe. Alors tu vis, péniblement comme si c’était une corvée et ça en a tout l’air. Ta cavale s’étire et jamais ne se termine, ton passé vient toujours te rattraper.  Tu vieillis mais t’es toujours aussi con, tu t’es sacrément éloigné de Sinnoh et tu crois naïvement que tu peux baisser ta garde. T’acceptes un boulot de pêcheur sur un bateau, t’y connais rien au poisson. L’étendue d’eau te donne l’illusion que le monde est immense mais le capitaine te rappelle qu’il est petit. Vous partagez la même contrée d’origine, il veut te balancer aux autorités.

Un soir, dans un excès de colère tu le frappes au visage. Son second te rend la pareil, tu saignes mais tu lui craches à la figure avant de te jeter à l’eau avec ta petite Evoli.

C’est stupide mais je te l’ai assez dit que tu n’étais pas très habile d’esprit. T’es arrivé à Rigel par miracle même si ça n’en n’avait pas l’air les premières minutes. A peine relevé, l’on te plaque au sol, enchaînant les questions. Cette terre promise est en pleine révolution, eux aussi ont leurs combats qui divisent et font gronder. Ils n’ont pas le temps de se préoccuper de toi, ni de te renvoyer. T’es séparé de ta partenaire et mis en prison, c’est temporaire qu’ils disent, ils se chargeront de ton cas. Tu croises même Meora, tu ne sais pas encore qui elle est mais tu devines à l’expression de son visage que tu n’aimerais pas être dehors à sa place. Elle t’offre un sourire que tu veux croire compatissant, tu lui rends maladroitement. Vous avez à peu près le même âge mais vous êtes si différents.

pénitence ;;

T’espères ne jamais avoir d’enfants, ça sera bien trop compliqué de leur expliquer comment s’est passée ta jeunesse. Tu te dis que la prison c’est pas si mal, tu ne veux pas savoir ce qu’il te ferait chez toi, si un jour t’y retournerais. C’est dur de savoir combien de temps ta peine va durer ou s’ils comptent te renvoyer chez toi un jour, car dehors le peuple gronde mais pas pour les mêmes raisons que le tien hurlait. Tu pêches les informations dans les bribes de conversations que tu arraches aux gardiens, dans les quelques murmures qui marquent leurs propres discussions. Faut que tu t’occupes, tu vas devenir fou sinon. On t’a enlevé ta Evoli aussi, certains sont cruels, ils ne te disent pas comment elle va, d’autres te donnent des nouvelles.

Un matin, un médecin vient. T’es rassuré parce que ça veut dire qu’ils ne vont pas te laisser crever. Il les prévient que t’as besoin de lunettes et c’est vrai que t’y voyais plus grand-chose avec tes lentilles périmées mais d’un côté, à quoi bon voir les murs de la prison en haute définition ? T’as fait cette remarque à voix haute, le vieux médecin rigole doucement. Tu sens qu’il essaye de faire son travail sans trop éprouver d’empathie pour toi mais tu dois avoir une sale mine. Le lendemain, il reviendra te donner des livres.

Le temps passe et le monde t’oublie, t’as fait la une du journal local moins d’une semaine après tout. Il paraît que des gens ont peur d’être oublié, que pour certains c’est une véritable phobie, on s’habitue à tout que t’aimerais affirmer mais parfois, tu sens ton cœur se serrer à cette idée. Le médecin est mort, ils te l’ont pas dit mais tu l’as deviné. C’est son fils qui te rend visite désormais, il t’apporte des livres lui aussi, te parle de Rigel, de son peuple et sa royauté, leurs problèmes et le système actuel. T’écoutes mais jamais tu ne parles. Tu t’es déjà trop mêlé d’histoires qui ne te regardaient pas, t’as compris la leçon. Désormais tu étudies, tu forces tes yeux à imprégner les mots que tu peines à distinguer quand tu lis. Tu veux changer, ne plus être un raté.

métempsychose ;;

Le grand jour est arrivé. Ça fait un moment que tu entends les célébrations dans les rues, peut-être qu'enfin les rigelois sont en paix ? Tu l'espères pour eux et tu ranges ton pessimisme six pieds sous terre, là où ton ancien nom reposera. Le rescapé de l'astérisme que tu formais ne sera plus, tu as reçu un courrier de la Reine après tout. Entre des excuses d'avoir été si longue, la dirigeante t'accorde ta liberté, jugeant que tu as assez purgé. Environ six à sept longues années se sont écoulées et elle ne te renverra pas. Tu as gagné le droit de prouver que tu as ta place parmi eux, c'est une seconde chance que l'on t'offre.

Quand les gardes t'escortent jusqu'à la mairie pour officialiser ta sortie et te donner de nouveaux papiers, tu t'es effondré. T'as pleuré pour la première fois depuis la plus grosse connerie de ta vie. Mais tu es un adulte maintenant, plus proche de trente ans que de tes dix-huit. Mais tu chiales, tu hurles, t'en as foutrement besoin. Tu ne te reconnaîtrais même plus si tu te regardais dans un miroir. Y'a une mamie devant toi, pendant que les gens se demandent quoi faire et te dévisagent, elle s'agenouille. Ses genoux craquent mais elle ne faiblit pas, elle te prend dans ses bras. C'est elle qui t’appellera Adonis, elle qui te tiendra la main jusqu'à la mairie, elle qui assistera à tes retrouvailles avec Lyra. Ta douce Lyra qui t'aura attendu tout ce temps dans un panier chez les rangers, à refuser de sortir si ce n'était pour passer devant la prison afin d'espérer te croiser.

C'était une si belle journée, Adonis Corbière naissait pendant que sa petite boule de poils évoluait.

absolution ;;

Ça te ne fait pas bizarre, de vivre dans le présent ? Au même rythme que tout le monde ? Ton aventure a été aussi désastreuse que douloureuse et tu sais que rien n'effacera ce que tu as fait ou ne ramènera les compagnons que tu as perdu, ce qui ne t'empêche pas te consacrer ta nouvelle vie à te racheter. Les premières semaines après ta sortie tu les as passé à peaufiner un projet pour lequel tu étais prêt à tout donner puis, afin d'avoir les fonds suffisants et le statut nécessaire pour te faire entendre, tu es parti à la quête des badges avec ta Mentali, nouvellement renommée Perlimpinpin, Perle pour plus de sérieux. Tu t'es assagi, cherchant la quiétude tu t'es intéressé au type psy. Petit à petit, le fruit de tes efforts a payé.

Cela ne fait même pas six mois que La Clinique a ouverte, trois que le Dédale Aux Asphodèles est prêt à accueillir les challengers. Tu n'es pas en paix avec toi-même et tu ne le seras peut-être jamais mais au moins tu es entouré que ce soit par ton personnels, tes enfants ou les dresseurs qui font parti de ton épreuve. Tu ne te sens plus seul même si parfois, il t'arrive de sortir et de t'effondrer devant l'hommage de la Grande Ourse qui règne au cœur du labyrinthe : un cercueil en pierre entouré de trois statues endeuillées.

Tu iras mieux, Adonis. Peut-être pas maintenant, peut-être seulement dans dix ans mais le plus dur est passé, il n'y a pas d'autre choix que d'y croire. Et si jamais tu en viens à douter, regarde ces enfants que tu élèves, ces rejetés qui eux, t'attrapent la main et jamais ne la lâchent tant qu'ils n'ont pas essuyés leurs dernières larmes.
code by Elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Points : 50
Date d'inscription : 13/07/2018
Data

psych me out ;; adonis

MessageSujet: Re: psych me out ;; adonis Ven 13 Juil - 23:32


Your challenge
« Mind games contain only inner demons »

« Fais comme chez toi. »

L’invitation que tu veux chaleureuse sort de ta bouche ancrée d'une nonchalance qui t'est propre mais le dresseur d'une vingtaine d'années en face de toi s’en contrefiche. Il a l’air bien trop content d’être ici pour quelqu’un qui pleurait dans les couloirs de la clinique il y a encore quelques minutes et d’un côté tu veux bien lui accorder que tes enfants sont effrayants avec les visiteurs. M’enfin, tu te laisses tomber sur le fauteuil de ton bureau une fois t’être assuré que la porte est bien fermée afin de pouvoir mieux parler avec ton challenger.

« Généralement, ce sont les champions qui exposent leurs conditions. »

Tu dis ça Adonis mais ton sourire est présent et témoigne de ton amusement. La requête est étrange, certes. Est-ce que ça te dérange pour autant ? Pas vraiment.

« Je sais mais je suis vlogger et j’ai vraiment besoin de filmer mon aventure ! C’est mon métier vous savez ! »

Non tu ne sais pas et tu ne savais pas non plus que vlo machin chouette était un métier, ça commence bien. Mais le gamin est enthousiaste, trop souriant, tu ne peux pas lui refuser, t’es un peu faible aussi mais ça, tu le gardes bien pour toi. Il n’échappera cependant pas à ce qui fait ta renommée, tu dois juste remanier le jeu pour qu’il puisse être filmé en intégralité. Peut-être que ce serait plus amusant si, au contraire, il ne pouvait l’être qu’en partie ? Tu as besoin d’y réfléchir alors tu congédies le dresseur, non sans lui donner rendez-vous dans une semaine à 22h devant le jardin et en lui accordant une « selfie pour teaser son vlog » qu’il s’empresse de « tweeter ». T’as un mal de crâne quand il parle et t’espère lui rendre la pareille avec tes pokémons psy.

xxx

« Bonsoir les amis, ici PoryAlpha74 en direct du Dédale aux Asphodèles, le refuge de l’épreuve de Monsieur Corbière, le Champion Psy et directeur de la Clinique ! »

Son débit de paroles n’est décidément pas humain et tu es mi-fasciné, mi-terrorisé de voir quelqu’un parler de façon aussi assurée à une aussi petite caméra. Mais voilà, le fait est que le soir tant attendu par le vlogger et sa communauté est arrivé et tu te trouves devant le portail en ferraille du jardin, prêt à envoyer le dresseur batifoler gaiement entre les buissons. Ce dernier d'ailleurs te lance un regard insistant que tu mets un moment à déchiffrer, il faut dire que même avec tes bons vieux lampadaires, l'éclairage est pas terrible. Qui est l'abruti qui a décidé de tout faire de nuit ?

Ne répond pas à la question.

« Les enfants m'ont dit qu'une femme venait parler aux statues, en soit, c'est pas dérangeant, le tailleur de pierres aime bien parler à ses créations aussi donc franchement, c'est pas si inquiétant. »

Que tu commences, doucement comme si tu échangeais de simples propos sur la pluie et le beau temps. Ton challenger rigole nerveusement mais ne fait aucun commentaire. Aurais-tu par miracle trouvé le bouton off ? Il est encore trop tôt pour le dire et si tu vois très bien que l'histoire que tu lui as concocté le fait déjà pâlir, tu continues. T'es vraiment un sale type quand tu t'y mets et t’allégeras ta conscience en lui offrant une verveine s'il échoue.

« Bon après les statues lui répondent et bougent pour lui dire au revoir, ça défonce un peu l'esthétique de mon jardin donc ta mission sera de trouver cette potentielle sorcière et de l'éloigner. Toutes les méthodes sont autorisées et t'as jusqu'au levé du soleil parce qu'après c'est mon petit-dej. T'auras des croissants si t'es efficace. »

Tu crois entendre un pardon ? échapper de sa bouche mais quand tu hausses le sourcil pour le faire répéter, ton petit dresseur est entrain de rire face caméra afin très vraisemblablement d'évacuer. L'épreuve n'a même pas commencé et tu sens que tu vas être obligé de rester pour le surveiller. Tu ne sais pas si tu dois lâcher un soupire ou te mettre aussi à rire, dans le doute tu redeviens de marbre et te contente d'ouvrir le grand portail. Tu t'abstiens de faire une ouverture dramatique en demandant à ta Mentali de faire comme si ce dernier s'ouvrait seul grâce à une attaque Psyko. Pour être franc, tu ne le fais que quand t'as oublié la clef.

xxx

La nuit a été longue mais ton challenger va bien, trop bien même.

Alors qu'il a été attaqué par des statues pour ensuite improviser sa fuite en plusieurs étapes à cause des murs d'un M. Mime des plus dérangeants, qu'il a passé un petit tête à tête avec le pendule d'un Hypnomade bien décidé à s'en faire une nouvelle addition dans sa collection d'humains pour finir par charmer la supposée sorcière qui a tenté de l'enfermer dans le cercueil en pierre se trouvant au cœur du labyrinthe, "PoryAlpha74" ne se tait pas. Et toi Adonis, tu ne comprends pas. C'est limite s'il ne t'en redemanderait pas un tour et qu'il ne fait pas la pub de ton épreuve à ses abonnés comme s'il conseillait une activité pour l'été.

T'es paumé. Pas sûr qu'il ai pigé les valeurs que tu as voulu faire passer mais même si tu ne le sauras sans doute jamais, d'autres vidéos seront postées après la sienne, dédiées à analyser les symboliques et les mystères du Dédale aux Asphodèles. Dans tous les cas, tu diras que c'est pas ton travail de servir toutes les réponses sur un plateau et qu'il a encore un match à disputer s'il veut poster une photo de ton badge sur les réseaux sociaux.

Le combat ne sera qu'une formalité, après tout c'est un truc que tu n'as jamais aimé.



En bref :

Aux abords de Galärne se trouve sa fierté : une sorte de grande maison de campagne que l’on appelle La Clinique. Un espace où il accueille et élève avec l’aide d’employés et de bénévoles une multitude d’enfants trop grands pour les pouponnières et pas assez simples pour les orphelinats et autres alternatives comme les Lester. Dans cet univers souvent trop bruyant où les Caninos écoutent les plus petits faire leurs premières lectures, les Pijakos aident les plus timides à parler, les pokémons psys et le calme qu’ils apportent et enseignent à chacun restent maîtres.

En sortant par la porte arrière de La Clinique, le challenger aura l’occasion de découvrir le jardin qui borde la Forêt Blanche, Le Dédale aux Asphodèles. C’est un labyrinthe parsemé de fleurs et de statues mais aussi de personnages divers et variés qui se prêtent toujours au jeu de l’épreuve. Ainsi, alors que le dresseur déambulera dans le labyrinthe, il pourra tomber sur un scribe royal flânant, un illusionniste préparant ses tours ou bien encore le tailleur de pierres, père des œuvres qui y sont exposées.

Le combat final est un 2VS2 des plus banals, de nuit uniquement comme l’épreuve.

L’épreuve change parfois de thématique mais le principe reste toujours celui d’un jeu. Le challenger devra rester calme et démontrer sa capacité à raisonner même quand son environnement est brutalement changé et que le ton se fait plus grave. D’une simple partie de cache-cache dans un monde onirique à une course contre la montre afin d’empêcher qu’un enfant tombe entre les mains d’un Hypnomade ou s’envole avec un Baudrive, le challenger aura recourt à des dés pour faire avancer la partie.

Nota Bene : Si la traversée du Dédale paraît souvent horrifique, elle reste avant tout une épreuve psychologique. Adonis se réserve donc le droit d’arrêter l’épreuve s’il juge que le challenger n’y est pas apte et selon le pourquoi, peut lui proposer un simple match.
code by Elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1461
Points : 3463
Date d'inscription : 10/07/2016
Data

Feuille de personnage
× Team: Candela Yll Vanya Jessica
× Bonus: Queen ma gueule

psych me out ;; adonis

MessageSujet: Re: psych me out ;; adonis Dim 12 Aoû - 17:09
Congrats !
Like no one ever was ! To catch them is my real test, to train them is my cause. I will travel across the land, searching far and wide each Pokemon to understand the power that's inside. Pokemon, gotta catch 'em all ! It's you and me, I know it's my destiny. Pokemon, oh, you're my best friend, in a world we must defend Pokemon, gotta catch 'em all. A heart so true, our courage will pull us through. You teach me and I'll teach you.. Pokemon, gotta catch 'em all ★
*Jette un Caprisun devant elle*
Erle d'un côté, Adonis de l'autre, vous avez décidé de flinguer mon pauvre petit coeur, c'est pas possible... Et je vous aime pour ça. Aussi, ce perso je l'adopte, comme j'ai adopté tout tes bébés en vrai. Même Jamie, c'pour dire O/

Tu es donc validé(e) ! Tu obtiens 50points pour ta validation et tu peux rajouter avec la pokéball de ton starter, trois autres pokéballs vides qui te seront précieuses pour commencer ton aventure !

Mais la paperasse n'est pas encore terminée : n'oublies pas de recenser ta bouille, de faire ta fiche de liens, celle de tes pokémons avec la t-card et ensuite tu pourras faire un tour du côté des demandes de rp où se trouvent les attributions !

Maintenant je veux un rp, wesh è. .é
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Data

psych me out ;; adonis

MessageSujet: Re: psych me out ;; adonis
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Adonis James Redwood [Normalement finie]
» Adonis Nightsprings - " Come on, baby, and show me what you're got. ". [ Finie ]
» Pris sur le fait [Adonis, Amelia & Lilly]
» Une Vodka, confrère ? [Adonis]
» ♟ Adonis des Poissons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Cosmos :: ❝ Paperasse et Diversion :: × fiches :: × validées-