AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 165
Points : 345
Date d'inscription : 01/03/2017
❝ champion insecte
Data

▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH]

MessageSujet: ▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH] Sam 4 Mar - 13:31


Judas Bricot
Un combat ? C'est l'heure de ma pause là.

Pseudo × Cactusapin
Âge × 21
Pays × Omelette du fromage !
Avatar × Dipper Pines - Gravity Falls
Petit mot × HAIL LORD HELIX
Code du règlement ×
YOU


Âge × 19
Originaire de × Port Nubla
Groupe × Champion
Bonus × Bonus combat dresseur.
Starter × Chenipan (relâché).
[Equipe × Caratroc, Munja, Butrapode, Tarenbulle, Mygavolt, Aéromite.
Pyrax, Galéking, Seleroc, Spectrum.]
THEM

Le tour du propriétaire
Équipe d'arène :

Caratroc: Lv.20 Le sadique. En plus d'être l'objet d'une des stratégies les plus pute qui soi, ce pokemon aux allures inoffensif est le plus mauvais. Pire même. S'il n'avait pas ce corps lent et pataud il serait un génie du crime. Mais ce n'est pas le cas. Alors nous sommes tous sauf. Quoi qu'on puisse dire le lui, il ne supporte pas qu'on le prenne de haut et vous le fait extrêmement bien savoir. C'est toujours le premier a piquer la bouffe qui traîne.
Munja: Lv.25 Alors lui, c'est le flippant de la team. Cette coquille vide reste impénétrable. Judas en a même peur parce qu’il n'arrête pas de le fixer. Se retournant même au combat. Il pense donc que le pokemon attend des ordres... Mais Lucius sait bien que c'est parce que Munja cherche la moindre parcelle de charisme dans son dresseur... en vain. Il n'a plus d'espoir.
Butrapode: Lv.30 Le plus violent du groupe. Il est très silencieux, mais il arrive a se faire comprendre. A la moindre remarque de Judas ou un refus, il n'hésite pas à l'empoisonner. Le pauvre doit courir jusqu'au magasin le plus proche tout en décédant pour aller acheter un antidote.
Tarenbulle: Lv.40 Le snob. Lui il est shiny et il le sait. Monsieur ne se prend pas pour de la merde et exigé qu'on le nourrisse avec la meilleur eau qui soi. Dire que Judas l'a capturé juste parce qu'il avait une couleur un peu chelou...
Mygavolt: Lv.50 Plus lèche-cul tu meurs.  Il a malheureusement comprit qu'être 'gentil' marchait aussi sur l'abricot. Surtout avec les "Bon ok mais c'est  parce que c'est toi". Judas ne devrait pas avoir confiance en lui. Car il ne se gêne pas pour piquer de la bouffe en douce.
Aeromite: Lv.50 Il vous regarde. Il vous regarde et vous juge. L'insecte était bien plus expressif sous sa pre-évolution. Mais ici.... jugez par vous-même.
Autrement. Ce pokémon semble être doté de la lumière divine. Il est tout terrain. Il n'hésite pas à braver les flammes comme les lasers glace, c'est un pro de la survie et il défit même du regard les dragons.

Équipe hors arène :

Pyrax: Lv.65 On pourrait croire qu'il serait le plus déchaîné du groupe vu comment Judas en avait chié pour l'attraper. Et pourtant. Le bestiau se tient calme. Il est le pokémon dont Judas à mit le plus de temps à maîtriser (hormis spectrum qu’il ne maîtrise toujours pas). Les débuts furent très difficiles. Mais il finit par se plier à la volonté de son dresseur, créant une relation d’amitié. Ou alors il essaie juste de remonter le niveau. Il n’aime pas trop cette équipe de bras cassés.
Galéking : Lv.65 Un pokémon surprise. Le dresseur de type insecte n’était pas censé capturer autres choses que des types insectes. Mais il lui fallait un pokémon pour creuser des galeries. Pas de rinhocorne en vu. Caratroc… comment dire. Même s’il est de type roche, il ne creusait pas de tunnel. Alors il le prit. Sous sa forme de galegon.
Fait marrent, Judas ne le sort tellement pas souvent que Galeking ne se rend pas compte à quel point son dresseur est un boulet déplorable. Il ne le voit que lorsqu’il a le sourire aux lèvres à chercher des fossiles et se fait donc une toute autre idée de son dresseur. Si seulement…
Seleroc : Lv.30 Son plus fidèle ami ! Le seul pokémon qui ne le traite pas comme… comme lui en faites. Le tempérament calme et doux de Seleroc est un vent de fraîcheur qui puis lui permettre de passer pour un dresseur respectable. Et en plus sa capacité psyko est tellement pratique au quotidien.
Spectrum (Lucius) : Lv.20 Le seul pokémon ayant un surnom. Le seul pokémon provenant d’un échange également. Lucius est détesté par tous les autres membres de l’équipe. Et pour cause, il ne cherche pas à se sociabiliser, mais juste à les emmerder. Judas est désespéré. On lui a supplié de le dresser, mais c’est impossible. Ce pokémon est perfide, fourbe, sournois, malhonnête. Il n’écoute rien ni personne. Il pourrit la vie de tout le monde. Et si ça continu… Judas serait bien prêt à s’en séparer.

Caractère
Tout d'abord, il faut se poser cette question : Qui est-il vraiment ?
Est-ce Judas ou est-ce Lucius ?
Oui, l'abricot ne porte pourtant pas ce deuxième prénom. Non, il n'a aucun dédoublement de personnalité. Le champion est comme vous (j'espère?) et moi. Lucius est juste le nom de son spectrum. Un pokemon qu'il fut forcé de prendre, de s'en occupé. Un pokemon qui avait fait la misère à son ancien dresseur et qui est en train de pourrir la vie de l'actuel. Tout ça dans son dos. C'est ça le pire. Il ne s’en rend même pas compte.
Les spectrum sont réputés pour être des pokemons farceur et celui-ci n'échappe certainement pas à la règle. Il adore sortir de sa sombreball sans autorisation et surtout sans être vu. Tout ça pour posséder son dresseur et profiter de ce corps tangible.
Alors je vous repose la question. Est-ce Judas ou Lucius ?

La différence entre les deux est à la fois mince et complexe. Tout dépend de l'humeur de chacun et de la situation à laquelle ils sont confrontés.
Judas est un garçon plutôt réservé au niveau de ses expressions. Souvent un sourire timide ou hypocrite. Lucius au contraire aborde un énorme sourire en toute circonstance, dévoilant les gencives de son dresseur dans n'importe quelle panade quand il ne s'agit pas d'un rictus mesquin.
Leur façon de se mouvoir est également différente. Judas est quelqu'un de plutôt négligé, des gestes assez lent et normaux. Lucius quant à lui est brusque, robotique presque. Toujours tendu comme un piquet, le dos droit la tête haute. Il a bien plus de prestance que son dresseur. Il a également de meilleurs gouts vestimentaires lorsqu'il a accès aux torchons que constitue la garde-robe de Judas.
Mais que serait l'extérieur sans l'intérieur ?  Tous ces cas de possessions relatés dans les tours pokemon, ces gens particulièrement agressifs. Et bien Lucius vie pour emmerder son monde. Que ce soit en les foutant dans la merde ou en réalisant des prank de mauvais goût. Prank qu'aime également faire l'abricot. Comme quoi, ils ont un point commun. Ce sont des emmerdeurs. L'un l'est juste plus que l'autre puisqu'il ose.

Et niveau relationnel. Judas ne calcul pas vraiment les pokemons. Il a toujours vécu en leur compagnie, c'est du vu et revu. Il les aime comme des animaux, il les considère plus comme des outils du quotidien et au combat qu'à des égales de l'homme. Ce qui ne l'empêche pas d'apprécier ses pokemons, bien au contraire. Mais par exemple, il serait capable de les échangés. Un petit pincement au cœur tout de même.
Avec les humains, il est plutôt... bizarre. C'est à dire qu'il n'est pas très habile dans les relations sociales. Justement parce qu’il veut trop paraître comme quelqu’un de normal. Mais… évidemment, il ne l’est pas. Comment peut-on être normal avec une fascination telle pour les insectes ? Les fossiles ? Les tactiques prédatrices des pokémons ? Et en plus de ça avoir une hygiène déplorable ? Non, vraiment non. C’est un égoïste pensant à lui avant les autres. Couard de surcroît qui fuira au moindre danger le menaçant directement s’il voit qu’il n’a pas le niveau pour le surmonter. En revanche, il est toujours prêt pour se faire passer en héro qu’il n’est pas. Il aime se venter et particulièrement paraître cool. Et le grade de champion lui donne bien trop souvent l’occasion de flatter son égo.
Enfin, il se montre quelque peu brave lorsqu’il s’agit de faire de l’escalade, de la spéléo ou de la randonnée en forêt. C’est un expert. C’est pour cela qu’il s’est doté de puissants pokémons insectes à l’aise dans cet environnement. Au cas où. Mais nous détaillerons au mieux cela dans l’histoire.
Reparlons du trouble faite. Lucius. Il est là très complexe. Etant lui-même un pokémon, il se sent bien plus proche d’eux que des humains. Il se serre même les coudes avec eux. Parfois. Quand ça l’arrange. Quand il ne s’amuse pas non plus à les enfoncer juste pour le ‘fun’. Il traite les humains comme des sacs de viande bons à faire hurler. Ils sont marrants. Ses farces aussi. C’est un grand troll dans l’âme.

Question pokémon et bien, la relation entre Judas et ses insectes est… assez étrange. En vérité, il aime ses pokémons bien qu’un véritable lien ne les unis pas. Mais comment dire… leur dresseur à tellement peu de caractère que ce sont plus ses pokémons qui commandent qu’autre chose. Exemple sur la décoration de l’arène, faite par eux. Ou au quotidien lorsqu’il doit satisfaire leurs besoins. Ce sont eux qui commandent, pas lui. Et ils savent très bien exploiter ses faiblesses. Mais les rôles s’inverses en combat. Que serait un dresseur sans la confiance de ses pokémons ? Ils le savent, sur le terrain, c’est toujours sa stratégie qui paye. Judas est un garçon extrêmement pragmatique et calculant toujours ses coups à l’avance. Son style de jeu ?  Le stall. Principalement. Il n’a aucun remord à user de techniques de lâche.
Même en dehors de l’arène, il utilisera toujours l’entrave à la puissance brute.
Fait amusant, le pokémon avec qui il s’entend le mieux est son seleroc. Non pas son fidèle aéromite !

Récapitulons donc :
Judas est un mec qui préfère se passer pour bien plus qu’il ne l’est. Un champion, un héros, un aventurier. Il a un certain égo de lui mais malheureusement ses mensonges ne deviendront jamais réalité. Il est couard, bizarre et un peu boulet sur les bords. Il préfère rester dans son petit monde, ses explorations que réellement se mêler à la populace. Il n’est pas doué avec les autres. Il ne fait confiance à personne et est un énorme paranoïaque. Montant des théories farfelues sur les gens et leurs pokémons. Il est aussi assez naïf pour croire à toutes les rumeurs qui passent.
Trop gentil, il a accepté maintes et maintes fois d’aider les autres. Ça lui a toujours décervit. Alors le voilà décidé à ne plus faire les mêmes erreurs, mais… le naturel revient toujours au galop. Il se laisse facilement écrasé par le caractère des autres, quand il tente de se rebeller soit il se tappe la honte, soit il n’est tellement pas crédible qu’on ne lui accorde pas d’attention. Mature et immature à la fois, il n’a très certainement pas les épaules pour porter un titre pareil.
Et pourtant. Il n’est pas devenu champion pour rien. Amateur de lecture, mais surtout d’aventures, il est devenu un expert pokémon. A la fois en type qu’aux nombreuses espèces qu’il a croisé tout au long de son voyage. Judas n’a pas de pokédex, il stock toutes ses informations dans son crâne. Petit génie de la stratégie, il saura certainement surprendre ceux qui n’attendent rien du type insecte.
Mais qui sait si l’un jour vous le rencontrerait… l’ombre qui plane derrière lui pourrait très bien vous piéger.

Physique
Judas, c'est pas le mec le plus impressionnant. Non. Il a beau être un aventurier, il est bien loin de l'image dont on se fait d'eux. D'une taille 'raisonnable', son corps de lâche n'est pas aussi musclé qu'il l'aurait bien voulu. Ses jambes sont mêmes qualifiés de nouilles pas les autres. Sa pire faiblesse sont les chatouilles. Et pour finir sa voix déraille encore dans les aigues ce qui rend son ton comique. Quel beau tableau de ce jeune luttant contre les boutons et autres aspérités.
Malgré son corps de faible, il est a noté qu'il a un certain souffle (lorsqu'il ne s'arrête pas de dormir pendant trois jours) puisqu'il joue du tuba. Il a déjà dû courir plusieurs kilomètres pour échapper à un essaim de dardagnan, il a donc beau avoir un corps de femmelette, il sait se débrouiller le garçon. Enfin… ça c’est quand il est sous le coup de l’adrénaline.

Un peu gras, mais aucuns muscles malgré à ses explorations, Judas est un garçon en pleine forme. Il se croit viril (sisi, laissez le dans ses rêves d'enfant) et il lui arrive même compter ses poils de torse tellement il est désespéré... sinon... Des cheveux châtains, gras et des yeux marron. Il a CONSTAMMENT les mains moites. Ce jeune homme ne se respecte clairement pas, puisque lorsqu'il n'a aucune autorité (pas de parents dans les parages), il considère que le fait de se laver est facultatif. A rajouter le fait que ce garçon transpire constamment ce qui en découle d'une odeur très désagréable de ses vêtements (ses pokémons ont voulu les brûler). Sans parler de ses dents... il a des gencives terrifiante, à en faire pâlir un ectoplasma. Il ne connait pas le peigne et n'en a jamais utilisé de sa vie, les objets pourraient rester coincer indéfiniment dedans.
Il n'est pas forcément beau et à tout l'air d'un  jeune homme banal. Et pourtant, il y a bien un détail unique chez lui : Sa tâche de naissance. Elle se situe sur son front et représente point par point la grande ours. Mais vous ne la verrez que rarement. En effet, cette marque a été le sujet de nombreuses moqueries lorsqu'il était jeune et c'est pour cela qu'il la garde cachée sous sa mèche et ses casquettes. Il n'en est pas fier et peu de gens sont en réalité au courant de cette marque.

Il a toujours le nez rougit par ses allergies. Et son aéromite qui dégage tout le temps des spores… Ça lui gène son odorat sur-développé, il peut deviner ce que vous mangez à votre haleine ainsi que la marque de votre parfum. Et le mec sens comme un chacal. Cherchez l’erreur.
Il a quelques cicatrices de ses douloureuses aventures. Et surtout lorsqu'il se casse la gueule dans des pentes ou parcequ'il rate le mûr où il voulait s'appuyer pour faire plus cool. Oui. C'est un boulet.

Question vestimentaire, Judas reste classique. Un short, des basquettes sans tenir compte de la marque, une veste avec de grandes poches (pour tout fourrer). La première des conditions pour lui est de se sentir à l'aise. bien sûr, il a un minimum de goût pour éviter les couleurs flashie. Tant que cela reste confortable et discret ça lui va. Le jeune garçon n'est d'ailleurs pas un exemple de propreté puisque cela ne semble pas l'alarmer de porter les mêmes vêtements plusieurs jours d'affilés.
Il est toujours équipé, droit dans ses bottes; Il ne quitte jamais son harnet, ses cordes, ses mousquetons, ses stylos (et son horrible tic de le cliquer et le mâchouiller quand il réfléchit), son couteau suisse, un appareil photo et une lampe de poche. Toujours prêt pour l'aventure !

Et bien sûr… que serait-il sans son porte bonheur ? Sa casquette bleue à l’effigie d’un sapin. Il ne la quitte JAMAIS. Et même lorsqu’il ne peut pas la mettre sur la tête lorsqu'il escalade des parois rocheuse et a peur de la faire tomber, il l'a met dans son sac. Pire que de la superstition, il ne l’a jamais lavée, ça effacerait sa chance !
Judas n’est pas lui sans son couvre-chef.


code by Elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
Points : 345
Date d'inscription : 01/03/2017
❝ champion insecte
Data

▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH]

MessageSujet: Re: ▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH] Sam 4 Mar - 13:43


My story

« Dans la vie, tu as les winner et les autres. Je fais partie de la deuxième catégorie... »



« J’ai le regret de vous informer que vous ne pouvez vous élever au rang de maître. Vous n’êtes pas encore assez fort, mais nous voyons en vous une bonne relation avec vos pokémons. Vous êtes sur le bon chemin. »



Un soupire, des larmes et un rêve brisé pour ce natif de l’île. Lui qui avait toujours rêvé de devenir un maître pokémon ! Mais il n’était pas encore assez fort. Il avait pourtant tout pour réussir ! Venant de la plus belle des îles, dans ce petit village portuaire qu’était le port Nubla. Cette mystérieuse brume lui ayant tant attisé sa curiosité lorsqu’il était jeune. Bon, certes, il venait d’une famille des plus modestes. Sans pour autant être pauvres. Et oui, il avait bien grandit lors de cette période austère et des plus strictes qu’imposait la famille royale.
Alors forcément, comme beaucoup de gamins de son âge. Il s’était mis en tête (forcé ou non) de relever les défis de la ligue. Devenir dresseur. Un vrai combattant puissant et sans crainte. Pas comme tous ces faibles s’écartant du combat. Enfin bon… Judas et son nom de traitre. Il a toujours été un peu traitre envers lui-même. Détestant la violence, quand ce n’est pas lui qui combat en chair et en os, ça passe beaucoup mieux. Et puis son choix n’était pas réellement motivé par la gloire. Il est un mouton, donc forcément… il ne voulait pas se faire rejeter ni subir de moquerie. Alors il avait fait comme la masse grouillante.
Il a toujours eut ce goût de l’aventure. Téméraire sur les bords quand il n’était pas dans ses livres. Lui son truc, c’était d’explorer les forêts environnantes. L’étrange et les mystères le fascinait. Les pokémons spectres si particuliers, les pokémons insectes aux diverses adaptations, les pokémons psy et leurs forces invisibles. Très tôt et très jeune, le garçon partait déjà en forêt. Sac à dos en main. Sans pokémons. Il n’en avait pas.
Il apprit les rudiments du camping lors de nuits froides et humides. Sur le tas. Ses parents avaient toujours été un peu irresponsables. Sérieusement, quels parents laisseraient un gosse de 10 ans partir à l’aventure comme ça ? Heureusement qu’il n’allait jamais bien loin et revenait toujours chez lui. Bah oui. C’est pas crésus et c’est pas non plus avec des tunes que tu vas t’acheter un kébab au premier sapin que tu croise. Les paniers repas de maman… ça part vite ! Il explora des forêts, des caves souterraines. C’est notamment là que débuta sa passion pour les fossiles. Lorsqu’il en trouva deux. Un fossile nautile et un fossile dôme.

Enfin, il avait bien fallu un accident un jour. Il fut enlevé. Non pas par un humain, ni un pédophile (quoi que...), mais un pokémon. Un hypnomade plus précieusement. Malheureusement, il ne s'en souvient pas... Tout en est-il que ses parents furent hystérique, l'était dans lequel on l'avait trouvé était déplorable. A moitié en transe, somnolent, les vêtements déchiré. Il se souvenait juste que ce pokémon l'avait sauvé, mais... de quoi ? C'est en lisant des livre et des informations sur ce pokémon qu'il comprit... que son 'sauveur' n'était peut être pas...
Wait, expérience traumatisante.

Il rencontra à peu près au même moment son tout premier pokémon. Un chenipan. Un pokémon insecte avec lequel il s’entendait. Si bien qu’il prit la décision de la garder malgré les moqueries. Comme quoi ce pokémon serait faible et qu’il ne ferait jamais un dresseur potable. Et il en rabattit des caquets lorsque son pauvre chenipan évolua en majestueux papilusion ! Bon… passant par cette sombre époque qu’est l’étape chrysacier, certes. C’était frustrant. Il fit un bout de chemin avec avant de le relâcher. Le préférant voir voguer dans la nature en compagnie de ses pairs.
Entre temps, il avait capturé d’autres pokémons. Tous du type insecte. Etait-ce là un besoin de prouver que ce type n’est pas le plus nul ? Même pas. Il aimait juste ces pokémons ! Parfois craints pour leur apparences ragoutante, mais pourtant. Ils étaient si fascinants. Une évolution souvent rapide afin de mieux s’adapter à leurs environnements. Sous-estimé, mais pourtant si batards dans leur manière de combattre. Il y avait là toute une stratégie à exploitée.
Alors il avançait dans son aventure. Un badge, deux badges, trois badges… quatre. Et puis. Cette idée germa dans sa tête. Pourquoi ne pas devenir l’un des champions ? Des dresseurs spécialisés dans un type en particulier. Ça lui allait parfaitement.

C’est donc de là que tout commença. Evidemment, les détails de son aventure à travers les îles ne seront pas racontés. Tout en est-il qu’un jour, de par sa notoriété grandissante, on commença à lui demander des choses. Des faveurs. De l’aide. Trop bon, trop con comme on dit. Judas n’est pas du genre à dire non. Il n’a tellement pas de personnalité qu’il acquiesce à presque tout.
On lui demanda de maîtriser un pokémon enragé qui avait causé un incendie dans tout un village de l’île Cresente. Ile qu’il arpentait. Et étant un dresseur assez puissant du coin il fut propulsé en première ligne contre son gré. Seriously. Un dresseur de pokémon insecte envoyé dans un brasier ?! What’s wrong whit this guys ?! Il cru comprendre lorsqu’il tomba face à un Pyrax. Oui, un truc censé être rare. Lâché par on ne sait qui, on ne sait quoi. Tout en est-il qu’il ne savait pas comment le prendre, si c’était une putain de grosse blague. C’était pas drôle. Il était pas ranger et encore moins fort pour apprivoiser les insectes merde ! Il se faisait plus coursé par un essaim de dardargnan qu’autre chose quand il essayait ! Et résultat des courses ? Ses six pokémons K.O. Lui qui avait failli crever dans la fournaise si un axoloto de couleur rose ne l’avait pas sauvé en l’aspergeant d’eau. En lui volant son porte feuille (what ?) puis en le guidant hors de l’enfer.
C’est ainsi qu’il put revenir assez vite, après avoir soigné ses pokémons et tenté de s’enfuir (mais les habitants l’ont rattrapé) pour procéder à une technique de lâche. Endormir le pokémon grâce à une poudre dodo de son aéromite et spammé les filetballs jusqu’à ce que mort s’en suive.
Classe. Très classe Judas.
Et après on s’étonne que ses propres pokémons ne le respectent pas…
Quand on est un batard, on l’est jusqu’au bout. Avoir du mérite ne sert à rien.
Tout en est-il qu’il fut vu en héro par les habitants. Et il n’allait surtout pas leur dire la manière dont il avait mis une quenelle à ce pokémon, non. Il leur raconta le récit d’un épique combat. Evidemment.
La prochaine étape fut pour lui de dénicher le champion de type insecte. Ce champion venait de succéder à celui de l’ancienne génération qui avait pris retraite. Heureusement d’ailleurs… sinon, il ne l’aurait jamais eut son titre. Alors il tomba sur un putain de branlo qui courrait partout avec un filet dans les mains… autant dire qu’il n’y est pas allé de main morte. Voyant en ce titre un pas de plus vers son rêve. Devenir le maître.

Alors le voilà. Installant son arène sur l’ile gouffre. Il ne l’avait pas choisi pour rien. Cette île était si mystérieuse… il adorait ça. Et son gouffre, ses crevasses où l’on peut descendre (pas trop profond quand même il voulait pas crever). Il s’était mit en accord avec les chercheurs pour ne pas les déranger, enfin, ça ne l’empêche pas de passer pour voir l’avancer des découvertes. Il est trop curieux.
Lors de la mise en place de son arène, il revenait bien plus souvent sur l’île cresente. Avoir un champion restant dans les parages, les habitants en profitèrent et lui demandèrent des énièmes faveurs. Alors il accepta. Chacune d’entre elles. Il risqua sa vie à plusieurs reprise juste parcequ’il voulait faire bonne figure. Il manqua de mourir à causes de stupides pokémons.
Jusqu’à ce qu’une faveur lui fasse dire stop. Lorsque toute la famille d’un jeune garçon le supplia d’échanger l’un de ses pokémons avec le spectrum d’un jeune homme. Pokémon qui apparemment n’était pas dressable tant il était sauvage. Bien sûr, Judas n’avait pas voulu se séparer de l’un de ses compagnons, mais face aux responsabilités, aux critiques et à la pression qu’on lui mettait… il le fit. Se séparant ainsi de son Ninjask.
Un spectrum fraichement arrivé. Lui qui n’avait jamais été fortiche en dressage… il n’arrivait tout simplement pas à la contrôler. Pire même… Depuis qu’il était en sa possession, des évènements étranges se passaient.
Il allait devoir enquêter sur ça.

En parallèle de sa vie de dresseur. Le jeune homme n’avait pas chômé. Il avait augmenté sa dextérité dans l’une de ses passions : La recherche de fossile. Pour se faire, il dû attraper un pokémon roche. Ironie du sort lorsque l’on sait que la roche est l’une des principales faiblesses des pokémons insectes. N’ayant pas trouvé de rinocorne, il attrapa un galegon. Afin de creuser des galeries dans la roche de l’île.
Mais creuser, c’est bien. Il lui fallait un pokémon pour déblayer les tunnels. La capacité psycho de son aéromite ne suffisait pas. Un pokémon bien plus puissant sur ce plan-là, il lui fallait un pokémon psy. Et également adapté aux environnements des galeries. Son seleroc était tout trouvé.
Voilà qui lui fait bien assez de pokémons.

A challenge
« Sorry dude, too late. »

Jour 1

Vous voilà. Devant  cet énorme chalet de l’île gouffre. Il s’agit de l’arène pokémon de type insecte. Plus qu’un badge et vous pourrez enfin affronter le maître. La bâtisse est sombre et grinçante. Vos yeux passent sous revues toutes les toiles d’araignées. Quel déco de mauvais goût. On dirait plus un repaire d’alpiniste abandonné qu’une arène digne de ce nom. On dirait même que c’était le cas. Le champion ne devait pas avoir beaucoup de budget ou d’imagination. Quel genre de personne peut-il être ?

Vous êtes impatient de mener ce combat. Alors vous entrez, sans tenir compte de la pancarte affichée sur la porte. Un long couloir, des défis au bout. Mais vous faites à peine trois pas que l’on vous arrête déjà.
« -Désolé monsieur. L’arène est fermée. »
Vous haussez un sourcil face à cet employé. Comment ça l’arène est fermée ?! Il n’est que deux heures de l’après-midi ! Alors vous protestez. Vous avez parcouru un si long chemin pour venir jusqu’ici ! Ce n’est pas comme si l’arène était perdue au milieu d’une putain d‘île !
« -Une pancarte ça se lit. Revenez demain. »
Hé ben… ils sont sympas ici. C’est non sans un long soupire que vous vous exécutez. Sortant d’ici pour aller lire les informations cette fois-ci. Vous manquez de vous étrangler en voyant ça :

L’arène est ouverte du Lundi au Mardi et du Jeudi au Vendredi entre 9h00 et 12h00. Elle n’ouvrera pas ses portes aux challengers le Mercredi, Samedi, Dimanche, les jours fériés et la première semaine du mois.
Note du champion : A partir de maintenant vous devrez payez 20 pokédollars l’entrée. Je suis pas comme les infirmières Joelle, je vie pas de l’aumône, merci de votre compréhension.



………. Seriously ?! Le champion est un branlo à ce point ? ET DEPUIS QUAND DOIT-ON PAYER UNE ENTREE ! C’est une arène pas un musée ! Hé bien. Vous voilà irrité. La journée commence bien. Mais demain vous prendrez votre revanche… oui, demain.

Jour 2

Le soleil brille. Vous vous êtes levé tôt aujourd’hui. Vous avez bien noté les horaires. Aller, en une heure et demi se sera bouclé. Alors vous vous pointez donc  à 10h30. Payez vos 20 pokédollars. Et vous vous lancez dans l’aventure. L’arène est sombre. Trop sombre. Il n’y a aucune lumière. Heureusement que l’un de vos pokémons peu faire du feu pour vous éclairer ! Vous prenez gardes, le bâtiment est en bois, si vous le brulait vous allez avoir de gros problèmes.
Mais pas le temps de regarder autour de vous… un cri retentit et vous vous faites vite jarté de l’arène. Comme une malpropre à coup de pied au cul.

« -ETES VOUS INCONSCIENT ? CEST UN CHALET !!!!!! FAIT DE BOIS !!!!! HOUHOUUUU ! Ca va pas dans votre tête ?! Vous avez lu la pancarte en entier ?! Hormis la salle du champion, le feu est interdit ! Aller vous acheter une lampe torche. C’est pas chez mémé ici. »

Ah, c’était donc ça les inscriptions marqué en petit caractère !....... Etait-ce fait exprès pour faire perdre du temps aux gens ?! Vous commencez sérieusement à vous en poser la question.
Shit.



Jour 3
Wait. Non, c’est Mecredi, vous vous êtes levé tôt pour rien.
Ce champion fait quoi pour travailler si peu ? 3 heures par jours 4 fois dans la semaine. Pas de week-end, pas de jours fériés. Une semaine de vacance chaque mois. Sérieusement !!
Allez, vous vous rassurez en vous disant que le combat sera beau.

Jour 4

-20 pokédollars, again.
Cette fois, vous avez une lampe torche. Et des piles. Vous commencez à devenir parano.
Lorsque la lumière jaillit vous lâchez un hoquet de surprise. Des toiles d’araignée partout. Le sol devient collant… vous êtes embourbés dans d’innombrables files ! Les murs, le plafond et le sol en sont recouvert ! Plus vous avancez, plus vous devez lutter. Tout devient difficile, extrêmement lent et compliqué. De plus, à tous les détours de couloir, des dresseurs vous défient. Trop. BEAUCOUP TROP. Tous les péons amateurs d’insectes du coin s’étaient réunis ou quoi ?!
De plus. Il y a d’autres challengers présents. Vous ne comprenez pas pourquoi ils sont aussi stressés et pressés à regarder partout, vous bousculer pour vous passer devant. C’est pas une course… si ?
Mais vous finissez par atteindre la porte du champion. Assez vite, c’est étonnant. Enfin, il faut toujours lutter contre les toiles. La porte est recouverte d’une toile épaisse… vous vous servez de vos pokémons pour vous en débarrasser. Mais lorsque vous tenter d’ouvrir… elle est fermée. Il y a un code à rentrer apparemment…………
C’est une blague ? Vous comprenez soudainement pourquoi tout les autres participants jetaient des regards dans tous les coins.
Ce. Chalet. Est. Une. Enigme. Un jeu de piste géant, un labyrinthe où il est facile de s’embourber en plus des dresseurs dans tous les coins. Mais alors que vous vous décidez à chercher. Une sonnerie retentit puis un message.

« -Il est midi ! L’arène est fermée, veuillez tous sortir. »

………………………………… maintenant que vous avait compris le truc. Ce sera plus simple d’avancer.

Jour 5

-20 pokédollars. Toujours plus.
Le dernier jour de la semaine. Vous devez ABSOLUMENT y arriver. Pas question de perdre du temps cette fois. Vous allez foncer. Muni de votre lampe torche et couvert de farine pour ne pas que les toiles se collent à vous, vous foncez. Cherchez dans chaque petit recoin…
Bientôt, vous voyez des lettres/chiffres cachés au fond de nid de mimigals. Vous les notez sur un papier, les rassemblaient. C’est les conseils que l’on vous avait donné lorsque vous vous étiez renseigné auprès de l’épreuve.

Rassemblant chaque pièce du puzzle……. Vous tombez sur un mot qui n’a pas de sens…… mais le temps que vous cherchiez, quelqu’un était apparemment entré dans la salle du champion. Le temps qu’il combatte et l’arène était déjà fermé.
Vous commencez à être frustré par ces horaires.

Jour 6&7

Vous avez planché tout le week-end sur ce foutu code. Pour finalement en trouver la solution. Grâce aux habitants de l’île. Alors comme ça le champion était un fan de décryptage et de symbols ? Vous vous disiez bien que ces lettres ressemblaient à des zarbis. Des yeux, deux yeux partout.
Le code en main. Vous allez pouvoir foncé directement jusqu’au champion ! Et à 9h00 tapante monsieur !

Jour 8

-20 pokédollars. Vous commencez à vous habituer.
Cette fois. Pas de doutes, vous allez l’affronter ! Vous vous élancez alors. Battant une fois de plus les dresseurs de pokémons insectes sur votre route. Sans utiliser d’attaque feu. Alors vous voilà. Tambourinant de joie. Devant cette fameuse porte. Vous rentrez le code aussi vite que vous le pouvez. Puis… vous retentez encore. Et encore.
Non………………
Ce n’est pas possible………….
Le code change chaque jour ?! Il faut donc se débrouillé d’arriver tôt, trouver son chemin dans le chalet sachant que les toiles bouges d’un jour à l’autre. Passé tous les dresseurs. Trouver toutes les lettres. Décrypter le mot et atteindre le champion. TOUT CA EN 3 HEURES ?!!!! Mais combien faut-il de tentative pour réussir ?! C’est de la folie !
Vous aviez entendu que cette région était particulièrement difficile en terme de challenge, mais là. Le niveau n’a rien à voir avec les régions du vieux continent. Quel champion batard.
Soit, vous allez au bout de vous-même et récoltez toutes les lettres. Un mimigal vous a piqué au passage, heureusement que vous avez emmené un antidote.
Ayant buché tout le week-end sur comment décrypter un mot, vous avez tout juste réussit à trouver le code. 5 minutes la fermeture. YES !
Vous allez ENFIN pouvoir affronter le champion ! Vite, vite, vous vous dépêchez de retraversé tout le chalet, vous le connaissez par cœur maintenant. Vite avant midi ! Vous aurez le temps d’entrée et de pouvoir l’affronter !
Vos mains tremblantes rentre le code. Un click. La porte se déverrouille. Vous l’ouvrez. Des étoiles dans les yeux… Vous allez enfin pouvoir voir de vos propres yeux ce champion si ingénieux et intelligent qui…………
Wait. C’est un gamin en casquette débraillé qui se tient devant vous là. Un autre challenger ?
Il vous regarde de haut en bas, d’un air fatigué avant de s’écarter de vous et de passer la porte.

« -Sorry dude, it’s 12 :00. I’m living. »

En effet, la sonnerie retentit.
Vous vous jurez de le tuer.
Cet enfoiré.

Jour 9

-20 pokédollars. Vous allez finir fauché…
Cette fois. Vous vous êtes débrouillé comme un chef. Vous avez tout récolté et decrypté en deux heures. Il vous reste donc une heure pour battre le champion. Et en effet, lorsque vous passez cette foutu porte, il vous accueil enfin.
Que le combat commence.




Mais plus le combat avançait, plus il durait dans le temps. Vos pokémons étaient entravés, empoisonnés. Vous n’arrivez pas à vous défaire de ce qu’il avait mis en place !!
Wait……….. no.
NON NON NON NON !!!!!!!
La fameuse sonnerie qui sonnait midi. Automatiquement, le champion rentre son pokémon.

« -Time out. C’est l’heure d’aller manger ! Reviens demain ! By the way, tu t’es bien battu. »

…………
……………………………………….
Le champion n’a donc aucune considération pour le combat pokémon ? Tout n’est qu’horaire ?! Est-ce réellement une corvée pour lui ?  Ne montre-il aucun respect dans ses challengers ?!!!!
Plus. Jamais.
Plus jamais vous ne retournerez ici.
Vous aurez votre cinquième badge, mais ce ne sera pas celui-ci.
Fuck this shit I’m out.

▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴Explications▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴▴

Cette arène est donc en apparence simple. Un vieux chalet remplit de toiles d'araignées où il est très dur d'avancer. Vous et vos pokémons sont ralentit. Des plus, vous devez vous munir d'une lampe torche car il n'y a aucune lumière. Ce chalet est réellement la tanière d'insectes. Des mimigals grouilles dans tous les coins et des dresseurs de type insecte vous attendent. En même temps, vous devrez récoltés des lettres.
En mot vous sera donné par MP ainsi que des indices sur comment le décrypter. Le mot sera plus ou moins facile celons votre palier.
Pallier 1 → Niv1 à 20.
Pallier 2 → Niv 30 à 40
Pallier 3 → Niv 40+

Chaque tentative vous coutera 20 pokédollar.
De plus, chaque pallier vous offrira un challenge différent face au champion. 3 stratégies distinctes, à vous de les découvrir !
Si le combat dur trop longtemps. Il s'arrêtera pas time-out et vous n'aurez votre badge.

Récapitulatif des règles de l'arène :
Ouvert le : Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi entre 09h00 et 12h00
Fermée le : Mercredi, Samedi, Dimanche + Jours fériés + Première semaine du mois.
Aucune attaque de type feu, briquets ou quoi que ce soit ne sera autorisé dans l'enceinte du chalet (et donc pour combattre les dresseurs à l'intérieur). Cepandant, la salle du champion est beaucoup plus vaste et isolée. Vous pourrez donc utiliser vos pokémons feu contre lui.
Le champion ne combat pas en dehors de son arène, mais si vous trouvez les mots pour le faire céder, il se peut que vous réussissiez à le convaincre. Il est trouvable l'après-midi dans les grottes et parois rocheuses de l'île à la recherche de fossiles.

De plus, face à toute attitude agressive, Judas n'hésitera pas à utiliser ses pokémons contre vous. Il s'est déjà fait tabassé par un dresseur frustré de ses règles, alors il est prudent maintenant.


code by Elle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 287
Points : 1265
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 27
Data

Feuille de personnage
× Team: Eleveur
× Bonus: bonus de capture

▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH]

MessageSujet: Re: ▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH] Sam 4 Mar - 15:24
Bienvenue champion des papillons !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1112
Points : 2895
Date d'inscription : 10/07/2016
Data

Feuille de personnage
× Team: Candela Yll Vanya Jessica
× Bonus: Queen ma gueule

▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH]

MessageSujet: Re: ▶ Le respect est mort. • Judas [FINISH] Dim 5 Mar - 8:55
Congrats !
Like no one ever was ! To catch them is my real test, to train them is my cause. I will travel across the land, searching far and wide each Pokemon to understand the power that's inside. Pokemon, gotta catch 'em all ! It's you and me, I know it's my destiny. Pokemon, oh, you're my best friend, in a world we must defend Pokemon, gotta catch 'em all. A heart so true, our courage will pull us through. You teach me and I'll teach you.. Pokemon, gotta catch 'em all ★
Ah bah on a oublié cette étape. M'enfin ! On t'a dit par mp / cb, on aime Judas même si c'est une victime de ses pokémons, on croit en lui, un jour il montrera c'est qui le patron ! Peut-être.

Tu es donc officiellement validé ! Tu obtiens 50 points pour ta validation et tu peux rajouter avec la pokéball de ton starter, trois autres pokéballs vides qui te seront précieuses pour commencer ton aventure ! Et comme tu fais parti des premiers inscrits, tu bénéficies d'un bonus de 3 pokéballs supplémentaires !

Et récapitulatif de la paperasse : recenser ta bouille, de faire ta fiche de liens, celle de tes pokémons avec la t-card et ensuite tu pourras faire un tour du côté des demandes de rp où se trouvent les attributions !

Va t'enrichir sur le dos des jeunes dresseurs maintenant !
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Macaria, Déesse de la Mort Heureuse [Finish']
» ♕ LA MORT DES PERSONNAGES HISTORIQUES.
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Cosmos :: ❝ Paperasse et Diversion :: × fiches :: × validées-